The Cramps - Songs The Lord Taught Us

Publié le par Fab de.

The Cramps

Songs The Lord Taught Us

(1980)

1. TV SET – 2. ROCK ON THE MOON – 3. GARBAGEMAN – 4. I WAS A TEENAGE WEREWOLF – 5. SUNGLASSES AFTER DARK – 6. THE MAD DADDY – 7. MYSTERY PLANE - 8. ZOMBIE DANCE – 9. WHAT’S BEHIND THE MASK – 10. STRYCHNINE – 11. I’M CRAMPED – 12. TEAR IT UP – 13. FEVER – Bonus tracks : 14. I WAS A TEENAGE WEREWOLF (With false start-Original Mix ) – 15. MYSTERY PLANE (Original Mix) – 16. TWIST AND SHOUT – 17. I’M CRAMPED (Original Mix) – 18. THE MAD DADDY (Original Mix)

Durée : 53'53

Prix/lieu d'achatJe saurais pas dire : c’est encore un disque qu’on m’a offert (j’suis gâté, hein ?)

Dans la discothèque entre Billy CORGAN et The CRANBERRIES 

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

J’ai souvent croisé le nom des Cramps dans des ouvrages sur l’histoire du rock, et plus spécialement dans le très bon hors-série sur le punk publié il y a quelques mois (voire années, maintenant) par Télérama. Mais avant que mes chers amis ne m’offrent ce CD, je n’avais jamais eu le loisir d’écouter ce groupe. Par flemme et manque d’ occasion-qui-fait-le-laron, sans doute, car ce que j’en avais lu semblait plutôt alléchant. L’image que j’avais de la formation était jusqu’ici la suivante : groupe de la mouvance punk côté CBGB, mais un peu en marge de ce qui ce faisait habituellement, notamment par une musique plus minimaliste mais déjantée et encore plus violente.

 
Mes impressions à la première écoute :
Du minimalisme, certes, il y en a un maximum. Mais de la violence, pas tant que ça. En fait, les Cramps écrivent des morceaux dans le style rockabilly fifties et les mettent à la sauce punk avec force voix rocailleuses et guitares distordues. Mais ça reste bon enfant, simple et rythmé ; ça donne envie de claquer des doigts devant le juke-box. Comme du bon rock’n’roll, tout compte fait.

Certaines chansons ont par contre des accents très stoogiens. Voire même plus que très.

Anecdote : après cette première écoute, j’ai trouvé étrange de voir sur l’arrière du CD figurer les dates 1989 et 1998, alors que je croyais bien avoir compris que le groupe avait percé vers 1976-1977 et que le présent album, souvent cité comme référence, devait bien dater de cette époque-là. J’ai donc ouvert mon dictionnaire du rock, ce que je fais rarement avant la fin d’une chronique, afin de préserver mon objectivité, et j’y ai en effet découvert que ce deuxième disque des Cramps était paru en 1980. Il a donc dû être ré-édté en 1989 et remasterisé en 1998, sans doute.

 

 

 

 

 
Ajouté le 7 octobre 2005 :
Mes impressions après 1 mois :
Je ne sais pas trop comment appréhender cet étrange et hybride disque. Je pense que l'état de mon humeur au moment où je l'écoute influe énormément sur la manière dont je le perçois. Si je suis d'humeur joyeuse, la musique des Cramps m'apparait comme du bon rock à claquer des doigts et leur énergie devient communicative. Si par contre je suis plus maussade, le crépitement de ces rythmiques sans basse aurait plutôt tendance à me mettre encore un peu plus les nerfs en pelote.
C'est sans doute ça qui a fait le côté dérangeant de cette production, relaté par les critiques et que j'avais pris pour de la fureur.
Ajouté le 1er novembre 2005 :
Mes impressions après 2 mois :
Je sais pas si j'ai fini par apprivoisé ce disque (ou le contraire?) ou si j'étais de bonne humeur à chaque fois lors des dernières écoutes, mais en tous cas, je les ai bien appréciées. La démarche des Cramps n'est peut-être pas des plus évidentes, mais s'ils n'avaient pas été là, il manquerait sans doute quelque-chose dans l'histoire du rock'n'roll.

Commenter cet article