The Beatles - Anthology 3

Publié le par Fab de.

Situation une nouvelle fois exceptionnelle, ce mois-ci on se trouve en présence d'un album double. Donc on aura une seule oeuvre "variété internationale" pour juin.

The Beatles

Anthology 3

(1968 à 1970)

DISQUE 1:  1. A BEGINNING - 2. HAPPINESS IS A WARM GUN - 3. HELTER SKELTER - 4. MEAN MR. MUSTARD - 5. POLYTHENE PAM - 6. GLASS ONION - 7. JUNK - 8. PIGGIES - 9. HONEY PIE - 10. DON'T PASS ME BY - 11. OB-LA-DI, OB-LA-DA - 12. GOOD NIGHT - 13. CRY BABY CRY - 14. BLACKBIRD - 15. SEXY SADIE - 16. WHILE MY GUITAR GENTLY WEEPS - 17. HEY JUDE - 18. NOT GUILTY - 19. MOTHER NATURE'S SON - 20. GLASS ONION - 21. ROCKY RACCOON - 22. WHAT'S THE NEW MARY JANE ? - 23. STEP INSIDE LOVE - 24. I'M SO TIRED - 25. I WILL - 26. WHY DON'T WE DO IT IN THE ROAD ? - 27. JULIA

DISQUE 2:  1. I'VE GOT A FEELING - 2. SHE CAME IN THROUGH THE BATHROOM WINDOW - 3. DIG A PONY - 4. TWO OF US - 5. FOR YOU BLUE - 6. TEDDY BOY - 7. MEDLEY : RIP IT UP / SHAKE, RATTLE AND ROLL / BLUE SUEDE SHOES - 8. THE LONG AND WINDING ROAD - 9. OH! DARLING - 10. ALL THINGS MUST PASS - 11. MAILMAN, BRING ME NO MORE BLUES - 12. GET BACK - 13. OLD BROWN SHOE - 14. OCTOPUS'S GARDEN - 15. MAXWELL'S SILVER HAMMER - 16. SOMETHING - 17. COME TOGETHER - 18. COME AND GET IT - 19. AIN'T SHE SWEET - 20. BECAUSE - 21. LET IT BE - 22. I ME MINE - 23. THE END

Durée : 74'06 + 71'30 .

Prix/lieu d'achat : 35'52 € chez Gibert.

Dans la discothèque entre : The BEACH BOYS et Jeff BECK

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Au mileu des années 1990, les dirigeants de chez EMI ont dû se dire un truc du genre : "Tiens! Ça fait un bail qu'on s'est pas redorés les testicules avec les Beatles! Qu'est-ce qu'on pourrait fourguer aux foules consommatrcices? Et si on faisait une compilation de chansons? Ah oui! Y'a déjà le double rouge, le double bleu et les past-masters, et pis aussi les enregistrements de la BBC... Oui, mais attends, si qu'on faisait une compile de chansons inédites (quelques unes pour attirer le client, parce qu'il en reste pas beaucoup) qu'on mélangerait avec les prises non gardées des enregistrements studios ? Il y aurait trois  albums doubles (pour faire cracher un max de thunes) qu'on sortirait à un an d'intervalle (en attendant que les porte-monnaies se remplissent) et au moment de Noël (pour faire casquer un max de gens). C'est pas une idée qu'elle est bonne ça? Ben si, hein?"

Et ils l'ont fait !

Et moi, en tant que petit fan de base connaissant déjà presque toute l'oeuvre des Beatles presque par coeur, bien sûr j'ai été tenté par la nasse de la multinationale. Seulement, étant étudiant à l'époque et donc pas très riche, j'ai pu me faire offrir les deux premiers, mais le troisième volet m'avait filé entre les pattes. Aujourd'hui que j'exerce une activité rémunérée, je peux me permettre de compléter ma collec', même au prix fort.

 

Mes impressions à la première écoute :

Ce troisième volet sera sans doute moins intéressant que les deux précédents, bien qu'étant plus fourni quantitativement. Très peu de morceaux inconnus de moi (Not Guilty, What's The New Mary Jane?, Step Inside Love, et Come And Get It) et des versions peu différentes de celles initialement gravées et en tout cas pas meilleures, la plupart du temps.

Quand on sait que pour le double-album blanc, environ seulement la moitié des chansons composées à cette occasion ont été publiées, on est un peu déçu de ne pas en trouver plus sur ce genre de compilation. Il faudra sans doute attendre que les décideurs de chez EMI se disent "Tiens! Ça fait un bail qu'on s'est pas redorés les testicules avec les Beatles! Qu'est-ce qu'on pourrait fourguer aux foules consommatrices?..." pour qu'il nous pondent un disque officiel (il parait que ça se trouve en pirate) dans ce sens...

 

Ajouté le 4 juillet 2005 :

Mes impressions après 1 mois :

J'ai vachement de joie à écouter ce disque, mais je me rends compte que je le prends comme une vulgaire compile commerciale, fredonnant des refrains bien connus et chéris de moi. L'aspect "découverte de nouveaux sons" via des versions prétendument inédites est ici un échec. Ces versions sont trop propres (ça sent trop fort le remix moderne), et en même temps trop proches des originales. C'est peut-être parce qu'en fin de carrière, les Beatles était devenus si fortiches qu'ils n'avaient plus besoin de travailler trop leurs chansons et qu'ils tombaient directement sur le résultat qu'ils voulaient atteindre? Peut-être aussi qu'ils en avaient tellement classe de tout ce business autour d'eux et de la mauvaise ambiance que ça générait, qu'ils n'avaient plus aucune envie de passer des heures à répéter avant de trouver LE son?

Qui sait? Ils ne sont plus que deux à savoir...

Ajouté le 30 juillet 2005 :

Mes impressions après 2 mois :

Au bout de ces deux mois, j'ai pu bien disséquer ce double-album et analyser le phénomène d'attraction/répulsion qu'il exerce sur moi. Il est composé en fait de plusieurs catégories de chansons.

On trouve d'abord des versions avec orchestration complète (ou presque) si peu différentes des versions albums qu'elles présentent un intérêt limité. Ça représente 12 morceaux. Autre catégorie peu intéressante, celle des versions dépouillées : les chansons sont jouées seulement en guitare/chant, par exemple, sans les arrangements de la version officielle. C'est 14 chansons dispensables de plus. Il y a aussi une catégorie reine dans le genre foutage de gueule : c'est celle des morceaux aux accompagnements déjà minimalistes au départ et qu'on nous offre ici en version "dépouillée" aussi, donc tellement proche de l'originale qu'il faut vraiment tendre l'oreille pour déceler quelque différence. La paeme de cette catégorie de 6 pièces revient à  Blackbird.

Vient ensuite la famille des versions bis avec orchestration complète et vraiment différente des "vraies". Ça concerne Don't Pass Me By et sa batterie plus puissante et plus présente, Ob-La-Di Ob-La-Da et ses percussions jusque là inconnues, Sexy Sadie avec une partie d'orgue supplémentaire et bien sympatoche-ma-foi, For You Blue accompagné de fort belle manière à la slide guitare, The Long And Winding Road sans les arrangements style pompier de Phil Spector, Oh! Darling et son chant à deux voix un peu délirant, Get Back et Billy Preston en pleine forme derrière son clavier, Old Brown Shoe avec une ligne de basse de première, et une version concise et péchue de The End pour conclure l'affaire. Ce qui nous fait 9 morceaux de pur plaisir auditif.

Moins stimulante, la catégorie des chansons que je connaissais pas avant. Il y en avait cinq. Not Guilty est vraiment très très bien foutue, du bon Harrisson. What's The New Mary Jane avec ses collages de sons façon Revolution 9 a mal vieilli et est plutôt gonflante. Step Inside Love / Los Paranoias a sans doute été enregistré lors d'un moment de détente de nos héros qui baclent vraiment leur boulot, pour une fois. All Things Must Pass est bien insipide. Heureusement que le gars Paul vient relever un peu le niveau avec son Come And Get It très McCartneyien (trop sans doute pour avoir pu figurer sur un album des Beatles, tout comme Junk et Teddy Boy présentés ici aussi).

Et pour terminer, on a trois reprises de vieux standards parmi lesquelles seul le medley Rip It Up/Shake, Rattle And Roll/Blue Suede Shoes tire son épingle du jeu.

Pour résumer, ce disque aurait été à mon sens tout aussi intéressant si il n'avait comporté que les 12 morceaux qui rentrent vraiment dans le cadre d'un cahier des charges genre "Inédits et versions ialternatives des compositions des Beatles". Mais il aurait été beaucoup moins cher, aussi...

 

Commenter cet article