Paul McCartney - Chaos And Creation In The Backyard

Publié le par Fab de l'An Mil

Paul McCartney

Chaos And Creation In The Backyard

(2005)

1. FINE LINE – 2. HOW KIND OF YOU – 3. JENNY WREN – 4. AT THE MERCY – 5. FRIENDS TO GO – 6. ENGLISH TEA – 7. TOO MUCH RAIN - 8. A CERTAIN SOFTNESS – 9. RIDING TO VANITY FAIR – 10. FOLLOW ME - 11. PROMISE TO YOU GIRL – 12. THIS NEVER HAPPENED BEFORE – 13. ANYWAY + DVD Edition Spéciale

Durée : 46'55

Prix/lieu d'achat : dans les 22€  (ticket à la poubelle) à Intermarché

Dans la discothèque entre : Marilyn MANSON et MC5

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Vu en concert au Stade De France le 24 juin 2004.

Un de mes premiers souvenirs de musique d’adulte que j’aie su apprécier, c’est l’album Tug Of War (1981) de Polo qui tournait en boucle à la maison. Puis, quand un peu plus tard, je me suis mis aux Beatles, j’ai découvert en parallèle les autres albums solo du sire. Aujourd’hui, je les ai presque tous, et c’est donc logiquement que je me suis jeté sur le dernier paru.
J’en ai entendu que des critiques élogieuses sur France Inter, qui en a fait la promo, sauf une, je sais plus de qui (Vincent Josse ?), qui disait que cet album de Macca était bon, mais pas spécialement meilleur que les précédents.
 
 

Mes impressions à la première écoute :

Et a priori, je serais plutôt d’accord avec ce dernier avis. Pas de grande révolution ici, mais beaucoup de chansons douces aux admirables mélodies. On peut qualifier ça de guimauve, mais de la guimauve de cette qualité, il n’y a que Paul McCartney qui sache en fabriquer. Si cet homme était confiseur, il élèverait le bonbec-qui-colle-au-papier au rang de pilier de la gastronomie.
Mais méfiance, un album de McCartney ne se dévoile jamais entièrement à la première écoute, ni même la deuxième ou la troisième. Il faut savoir être patient. Et c’est là que le principe de ce blog et de ses impressions après 1 mois et après 2 mois risque de démontrer toute l’ampleur de sa pertinence.
    
Ajouté le 2 novembre 2005 :
Mes impressions après 1 mois :
En effet, après plusieurs écoutes, les mélodies commencent à s'imposer naturellement par leur finesse et leur qualité. D'autant plus que les arrangements, relativement passe-partout, il faut bien le dire, mettent ces mélodies directement en valeur et les font apprècier relativement rapidement. Il faut préciser aux néophites que Chaos And Creation In The Backyard est le troisième album de la carrière de McCartney sur lequel il joue de tous les intruments. Exception faite tout de même ici pour certains passages exécutés par d'autres solistes.
Cependant, le présent disque a été produit par une tierce personne, d'où sans doute ce son plus "easy". Il est vrai que sur les autres album concernés, "McCartney" en 1971 et "McCartney II" en 1978, les mélodies chantées étaient plus ou moins (et plutôt plus que moins sur le II) cachées derrière des arrangements assez expérimentaux, notamment sur McCartney II, le disque aux stridences électroniques, très rebutantes au début. Mais en même temps, ça satisfaisait l'auditeur patient d'être venu au bout de ces "obstacles" en lui donnant l'impression d'avoir mérité sa pitence.
C'est pas que ce soit mal, de voir tous ces bonheurs de compositions étalés au grand jour, c'est que j'ai un peu peur d'en être vite lassé.
Mais en attendant, je savoure ce disque en me disant que, finalement si, il a quand même un petit quelque-chose de plus que ses plus récents prédécesseurs. On retrouve ici des phrasés McCartneyiens perdus depuis les années 80, ainsi que des harmonies vocales et des rythmiques qu'on avait plus entendues depuis la période Wings (seventies). Je le savoure d'autant plus qu'il contient au moins deux megatubes en puissance, qu'il ne m'étonnerait de voir Macca jouer sur scène dans dix ans encore, s'il est toujours actif, c'est Jenny Wren, un morceau de la trempe d'un Junk ou d'un Here Today, et English Tea, comparable au For No One des Beatles.
 
Ajouté le 3 décembre 2005 :
Mes impressions après 2 mois :
J'ai maintenant bien mes repères dans ce disque qui, il faut bien l'avouer finalement, peut paraître meilleur que ses prédecesseurs les plus récents dans le sens où la qualité de ses mélodies et la simplicité dans laquelle elles sont mises en oeuvre peuvent les rendre aimables à l'oreille d'un public néophyte comme à celle des spécialistes de Paul McC.
Il faut dire que ce disque est en fait pratiquement une compilation. Car même si toutes les chansons présentées ici sont strictement nouvelles, je pense que presque chacune d'elle fait référence à l'un des succès passés du sir. Et plutôt les tubes de sa carrière solo que ceux des Beatles.
J'énumère :
1. Fine Line : pour me contredire tout de suite, on commence par l'exception qui confirme la règle; c'est une chanson plutôt bateau, plaisante, au rythme entrainant, mais sans grande spécificité.
2. How Kind Of You : ça ressemble aux lentes ballades du plutôt récent album (fin 90s) Flaming Pie.
3. Jenny Wren : comme expliqué par Paul lui-même sur le DVD-bonus (voir plus loin), cette chanson est une dérivation, au moins sur le principe de le composition, du fameux Blackbird des Beatles.
4. At The Mercy : j'aurais bien vu cette mélodie accompagnée au piano sur l'album Tug Of War (début 80s).
5. Friends To Go : cette ballade enjouée à la rythmique binaire marquée m'a fait pensé à certains morceaux des albums Wildlife (début 70s) et London Town (milieu 70s).
6. English Tea : comme je l'avais déjà remarqué le mois dernier, cette chanson est, avec son rythme ternaire, à classer dans la même famille que For No One.
7. Too Much Rain : m'a rappelé le disque Venus And Mars (milieu 70s).
8. A Certain Softness : accompagnée à la guitare classique un peu hispanisante, cette mélopée est plutôt originale mais pourrait rappeler Here Today sur Tug Of War.
9. Riding To Vanity Fair : c'est plus du McCartney moderne, dans la veine du précédent album Driving Rain.
10. Follow Me : la tonalité descendante en fin de certaines phrases chantées fait penser à l'album Off The Ground (début 90s).
11. Promise To You Girl : rappellant la période Venus And Mars, ce morceau pourrait êre un collage de certaines parties des chansons Venus And Mars, Magneto And Titanium Man et 1984.
12. This Never Happened Before : c'est LA guimauve McCartneyienne par excellence comme on en rencontre un peu partout dans son oeuvre. Mais celle-ci trouverait peut-être plus sa place dans Tug Of War.
13. Anyway : c'est une chanson plus moderne, en deux parties. le premier volet est de facture plutôt classique, mais le deuxième, après un long silence façon "chanson cachée", est plus expérimental, dans le style de ce qu'on pouvait trouver sur Driving Rain.
Et le DVD-bonus? me demanderez-vous. Et bien je vous répondrai qu'il mérite bien son nom de bonus. Il ne se vendrait effectivement sans doute pas tel quel, sans le CD. Il est composé de quatre éléments. On a principalement un documentaire making-of filmé en studio pendant les enregistrements qui a l'air intéressant, mais l'absence totale de sous-titre (même en anglais) et mon modeste niveau dans la langue de Shakespeare ne m'ont pas permis d'en apprécier toute la portée. On a ensuite un clip de Fine Line dans lequel on voit Paul jouer alternativement de tous les instruments. Pas mal. Puis une partie appelée Line Art qui nous montre les crayonnés de mains déjà présent dans le livret et filmés de très prêt en lents travellings sur un fond musical constitué de parties instrumentales des chansons Riding To Vanity fair, At The Mercy et Anyway. C'est joli mais vite chiant quand même. Et puis aussi, on peut voir un clip de How Kind Of You dont la partie image consiste en un long travelling sur tous les instruments présents dans le sudio d'enregistrement. Dont un orgue Moog d'époque et la fameuse basse Hoffner, toujours vaillante. C'est plutôt chouette et instructif.
En bref, cette option DVD mérite bien sa plus-value financière, mais guère mieux. 

Commenter cet article

La Comtesse de Casablanca 01/10/2006 18:20

La guimauve à ce niveau là effectivement on s'en lèche les babines.J'aime tes articles que je viens de découvrir même si je connais peu la plupart de ces disques.J'ai moi aussi chroniqué Chaos...Tu la retrouveras i tu veux en remontant un peu le temps sur Do ré mi.

Fab de l'An Mil 01/10/2006 21:45

Après Alex-la-Baronne, voici La Comtesse de Casablanca ! Me voilà tout faltté de recevoir ici les commentaires amicaux de ces dames de la haute  ;-)Je suis bien content que mes chroniques te plaisent (merci de le dire) et aussi de constater que nous sommes plutôt d'accord sur Chaos And Creation in The Backyard.
Tes chroniques musicales sur une seule chanson à la fois ont l'air bien intéressantes aussi. Je vais tâcher de m'y plonger le plus vite possible.

Oliv. 15/02/2006 15:41

Une de mes prochaines chroniques ... mais moi complète que la tienne !!

Fab de l'An Mil 15/02/2006 21:47

J'attends ta chronique avec impatience...
Moi en général, j'évite de lire trop de critiques avant de chroniquer mes albums, afin de ne pas être influencé et garder un avis totalement personnel. Mais chacun son école...

Fab de l'An Mil 28/10/2005 13:13

Merci pour le compliment et les encouragements, mam'zelle JusteElle!!

Juste Moi 27/10/2005 00:55

Hello!
Je suis aussi une fan de Paul McCartney et bien évidemment des Beatles.
Je n'ai pas encore son dernier album, mais j'ai déjà eu l'occasion d'entendre fine line et la magnifique ballade qu'est Jenny Wren.
Je ne compare pas ses albums aux précédents, car ils ont tous quelques chose de différent ...
Vivement que j'ai (ou qu'on m'offre cet album!)
Tes articles sont vraiment bien fait
Continue comme ça!
Bye!