Dream Theater - Awake

Publié le par Fab de l'An Mil

Dream Theater

Awake

(1994)

1. 6 :00 – 2. CAUGHT IN A WEB – 3. INNOCENCE FADED – 4. EROTOMANIA – 5. VOICES – 6. THE SILENT MAN – 7. THE MIRROR - 8. LIE – 9. LIFTING SHADOWS OFF A DREAM – 10. SCARRED - 11. SPACE-DYE VEST

Durée : 75'03

Prix/lieu d'achat6,98€ sur Amazon.fr

Dans la discothèque entre Nick DRAKE et Bob DYLAN

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

A force d'en entendre parler j'avais, il y a quelques années voulu découvrir Dream Theater, réputé groupe de métal progressif. J'avais alors, un peu au pif, opté pour l'album Images And Words. Progressif, certes. Mais métal, pas tant que ça, j'ai trouvé. J'ai pas remarqué de gros tube incontournable sur cet album, mais j'y ai trouvé une qualité constante et des musicos très au fait de la technique de leurs intruments respectifs.

 

Mes impressions à la première écoute :

Ce disque-là me parait plus metal que le précédent, même si il semble contenir beaucoup de styles différents quand même; des ballades, voire même une grosse guimauve dégoulinante.

Et, bien que je ne fus pas concentré à 100% durant cette écoute, il m'a semblé que cet album serait sensiblement meilleur que son prédécesseur. A approfondir...

 

Ajouté le 1er novembre 2005 :

Mes impressions après 1 mois :

Ouais! A l'aise que c'est du très bon métal-prog, que j'ai ici!

Les intruments pètent le feu dans tous las sens. Les zicos, ils mettent des notes partout à toute vitesse! Tellement plein, qu'après une écoute je suis obligé d'enlever les doubles et quadruples croches qui sont restées sur mes murs!!

Mais on a quand même trois morceaux plus tendres. D'abord The Silent Man, c'est lui qui m'a laissé une impression de guimauve poisseuse à la première écoute. Ça va qu'il ne dure que 3'48, mais en même temps, ça fait une pause pour les oreilles. Il y a aussi Lifting Shadows Off A Dream qui n'est pas une ballade, mais qui a un côté variétoche plutôt fadasse. Dispensable, quoi. Et le troisième, c'est le dernier, c'est Space-Dye Vest. Celui-là, par contre, il est vachement bien réussi : Dream Theater a su créer avec ce morceau une ambiance style spaciale très intéressante. Pis faut dire qu'au bout d'un moment, la musique se durcit un peu aussi. Délicieux!

Sinon, dans la 2, Caught In A Web, il y a un passage instrumental qui me subjugue littérallement : la rythmique s'embarque dans une sorte de spirale tronconique qui semble aller toujours plus haut sans jamais atteindre des sons suraigüs, et qui peut contribuer à mieux faire intégrer à l'auditeur le concept d'infini. Ouais-ouais, carrément! Sans déconner.

 

Ajouté le 26 novembre 2005 :

Mes impressions après 2 mois :

Je ne me suis pas du tout ennuyé pendant ce mois d'écoute supplémentaire, j'ai encore découvert plein de trucs dans cet album. Et je suis à peu près sûr que les passages futurs dans la platine me réserveront encore quelques bonnes surprises. Deux mois sont peut-être trop courts pour pouvoir apprécier à 100% des oeuvres de la richesse de ce Awake.

Pour terminer, je trouve quand même que j'ai vachement bien investi mes 6,98€. je suis pas près de les regretter.

Commenter cet article

systool 02/11/2006 14:34

Un pote qui écoute plutôt du hip hop (son blog HOLLABACK.OVER-BLOG.COM) a acheté récemment "Images and Words" et il ne trouve pas ça mauvais... comme quoi!Pour ma part, je ne suis pas très fan de hard rock progressif, je dois dire...SysTooL

Fab de l'An Mil 03/11/2006 07:56

Moi, je trouve que dans le prog, la frontière entre ce qui est hard et ce qui ne l'est pas est généralement assez ténue.