Jacques Brel - Quand On N'A Que L'Amour

Publié le par Fab de l'An Mil

Jacques Brel

Quand On N'A Que L'Amour

(1955 à 1957)

1. QUAND ON N’A QUE L’AMOUR – 2. QU’AVONS-NOUS FAIT, BONNES GENS ? – 3. LES PIEDS DANS LE RUISSEAU – 4. PARDONS – 5. LA BOURRÉE DU CÉLIBATAIRE – 6. L’AIR DE LA BÊTISE – 7. SAINT-PIERRE - 8. J’EN APPELLE – 9. HEUREUX – 10. LES BLÉS – Bonus track : 11. QUAND ON N’A QUE L’AMOUR 

Durée : 28'57

Prix/lieu d'achatCadeau : a pas savoir !.

Dans la discothèque entre Georges BRASSENS et Grant Lee BUFFALO

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Merci de vous reportez à la chronique du précédent et premier album de Brel « Grand Jacques » : http://zicdelanmil.over-blog.com/article-516827.html

 

Mes impressions à la première écoute :

A voir les titres au cul du skeud, comme ça, il semblerait qu’il n’y ait que Quand On N’A Que L’Amour que je connaisse. Et qui ne connaît pas cette chanson ? Si ça se trouve, ils l’ont déjà reprise à la Star-Ac’, et même les gamins les plus morveux la récitent sur le bout des doigts. Mais j’en sais rien, car j’ignore dédaigneusement cette écoeurante émission de télé. Je préfère écouter de la musique…

Revenons plutôt à notre sujet. Tiens, elle me semble étrange cette orchestration de Quand On N’A… !! Ce n’est pas celle dont j’ai l’habitude. On dirait qu’il manque quelque-chose. Par contre les morceaux suivants semblent bénéficier d’arrangements bien léchés. Faut dire aussi que sur la pochette figure la mention « avec les orchestres André Popp et Michel Legrand ». C’est pas les noms de n’importe qui, ça ! (enfin si, un peu quand même : des Michel Legrand strictement inconnus, il doit y en avoir pléthore dans les pages jaunes). Ça constituerait donc un progrès sensible en comparaison avec ce que j’ai pu entendre sur le premier disque.

Et finalement, c’est la version-bonus  de Quand On N’A… (comme diraient Eric et Joël) qui est la bonne. Enfin celle que je connais bien. Cet enregistrement est, lui, daté de 1960, et laisse donc présager de belles évolutions dans les albums suivants de Jacky Brelo.

J’ai déjà hâte, mais je vais d’abord finir de déguster celui-ci.

 

 

 

Ajouté le 1er novembre 2005 :

Mes impressions après 1 mois :

J'ai un peu de mal à rentrer dans ce disque. Ben oui! Même si, par rapport au premier album, il y a eu une certaine évolution au niveau des arrangements, les accompagnements ont justement perdu un peu de spontanéité. Les textes aussi sont plus hermétiques, ils demandent de la concentration à l'écoute, et j'arrive pas à en fournir beaucoup ces temps-ci, de la concentration. En comparaison avec ceux de "Grand Jacques", ils sont moins réalistes et plus directement philosophiques, ou quelque-chose comme ça.

Bon, y a quand même dans ce disque des morceaux un peu plus easy, comme La Bourrée Du Célibataire avec son refrain qui colle aux oreilles pour la journée. Mais y a aussi des choses bien plus indigestes comme L'Air De La Bêtise, arrangée façon opéra et sur lequel Brel prend une voix trop grave pour rendre ses textes suffisament percutants. Pis y a aussi Saint-Pierre dont le sujet biblique n'est pas fait pour attirer spontanément mon attention.

Mais je répète que j'ai pas eu l'occasion ce mois-ci de bien me concentrer sur ce disque. Faudra que je me procure le mois prochain le temps de l'écouter dans un fauteuil, livret des paroles entre les mains.

 

 

Ajouté le 26 novembre 2005 :

Mes impressions après 2 mois :

Bon, j'ai pas eu le temps de m'y asseoir dans ce putain de fauteuil, mais j'ai quand même fini par apprivoiser ce disque. C'est vrai que ça a été moins facile que pour Grand Jacques, mais j'ai aussi d'autant mieux compris pourquoi on qualifie, toujours aujourd'hui, ce Jacques-là de grand.

 

 

Commenter cet article