Aretha Franklin - I Never Loved A Man The Way I Love You

Publié le par Fab de l'An Mil

Aretha Franklin

I Never Loved A Man The Way I Love You

(1967)

1. RESPECT - 2. DROWN IN MY OWN TEARS - 3. I NEVER LOVED A MAN (THE WAY I LOVE YOU) - 4. SOUL SERENADE - 5. DON'T LET ME LOSE THIS DREAM - 6. BABY, BABY, BABY - 7. DR. FEELGOOD (LOVE IS A SERIOUS BUSINESS) - 8. GOOD TIMES - 9. DO RIGHT WOMAN-DO RIGHT MAN - 10. SAVE ME - 11. A CHANGE IS GONNA COME - Bonus Tracks : 12. RESPECT (Stereo Version) - 13. I NEVER LOVED A MAN (THE WAY I LOVE YOU) (Stereo Version) - 14. DO RIGHT WOMAN-DO RIGHT MAN (Stereo Version)

Durée : 41'26

Prix / lieu d'achat : 6,98 € sur amazon.fr

Dans la discotèque entre : Brigitte FONTAINE et FRANZ FERDINAND

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Au départ, la soul, le funk; le rap, c'est pas franchement mon truc. C'est physiologique, c'est comme ça. Ceci dit, j'essaie de rester ouvert à tout pour pas mourir trop con, tout en sachant que du rock qui fait boum-boum-tchic ou du metal, même médiocres, me satisferont toujours et que les oeuvres d'autres styles peuvent me plaire aussi, mais à la condition d'être tout simplement géniales.

Comme beaucoup de monde j'imagine, j'ai toujours kiffé mortel Think et Respect, les deux tubes ultimes d'Aretha Franklin, voire même de la soul en général. L'énergie dégagée par ces deux morceaux est tellement envahissante que ces chansons sont probablement les seules, issues des sixties, que diffusent encore les boîtes de nuit d'aujourd'hui.

Alors, à force d'entendre ces tubes et de me faire la réflexion que c'ést vraiment super, je me suis dit qu'il faudrait peut-être envisager d'avoir ça en album à la maison, des fois que le reste de l'oeuvre d' AF soit de la même veine. Il m'a ensuite fallu un peu de temps pour voir clair dans la discographie d' Aretha, un peu gavée de compiles, et voici enfin un objet soul dans ma collec de dixes.

 

Pochettes, livrets, packaging... :

Oh! Il n'y a pas de quoi s'éterniser...
Le portrait de façade est plutôt raté : Aretha y parait avoir vingt ans de plus que sur la photo de quatrième de couv'.
Le livret se déplie en 4 et nous livre un long texte sur l' histoire de la dame, la play-list avec les noms des auteurs (ah oui, tiens, j'avais oublié que c'est Otis Redding qui avait écrit Respect), l'impressionnante liste des musiciens employés pour cet album (tiens Aretha y joue du piano aussi) et aussi la très utile discographie officielle de la chanteuse.

Tout ce qu'il y a de plus correct. Mais pas exceptionnel pour une réédition remasterisée...

   

Mes impressions à la première écoute :

A part Respect qui est évidemment toujours bougrement efficace et éventuellement Good Times, assez énergique aussi, cet album ressemble plus à ce que je craignais qu'il put être qu'à ce que j'espérais qu'il fut.
Tous les autres morceaux sont des espèces de slows soul où s'entrecroisent des choeurs mielleux, des cuivres langoureux et des arpèges de pianos dégoulinants. Heureusement que la voix d' Aretha (qui a le même prénom que la fille de Sean Connery), avec sa justesse parfaite, sa puissance passionnée et son léger voile délicieusement cuivré viennent donner un petit goût salé à toute cette guimauve.
Bon j'exagère un peu : j'ai noté quelques éléments intéressants dans les accompagnements, comme le piano très jazzy de Drown In My Own Tears ou la rythmique de bossa nova posée sur le chant terriblement soul de Don't Let Me Lose This Dream (mélange étrange, mais pas malheureux).
Pour conclure sur cette première expérience, je me demande si les deux mois qui viennent vont faire de moi un vrai amateur du genre, ou si les deux premières écoutes vont déjà me gaver définitivement de cet album.

 

Ajouté le 29 novembre 2006 :

Mes impressions après 1 mois :

Je ne suis pas du genre à apprécier les chanteuses dites "à voix". Non pas que je crache systématiquement sur les "belles voix", mais je trouve stupide d' écouter une musique juste parce que la personne qui la chante possède un coffre volumineux et une technique aboutie. Les chanteuses (mais aussi certians chanteurs) de ce type peuvent interpréter des morceaux de la plus grande platitude, elles trouveront toujours des amateurs et des amatrices pour acheter leurs disques et aller voir leurs concerts. Vous voyez sans doute de qui je veux parler. Personnellement, je préfère entendre un morceau riche et inventif basé sur un filet de voix, plutôt qu'une soupe des plus insipides interprétée avec toute la technique et toute la puissance qui puissent exister sur la Terre.  
Cependant, je dois reconnaître que la voix d' Aretha Franklin constitue à elle seule pratiquement tout l'attrait de cette oeuvre.
Je ne vais pas encore parler des autres morceaux, que j'ai un peu de mal à digérer, et je vais revenir sur le fameux (à juste titre) Respect. Quand on y regarde de près, on s'aperçoit que tout le punch de cette chanson repose sur la seule maîtrise vocale de son interprète. Si le délectable riff de guitare introductif est redoutablement entraînant, la rythmique et les cuivres se contentent juste, en fait, d'accompagner, au sens littéral du terme, c'est-à-dire discrètement, la ligne vocale. Seules les choristes viennent réellement épauler Aretha dans ses envolées. Ce morceau ne perdrait sans doute pas grand chose à être interprété a cappella avec juste des claquements de mains pour le rythmer. C'est pas ça, d'ailleurs, qu'on appelle le negro-spritual?

Et, si je ne pars en courant à l'écoute de la suite de l'album, c'est certainement grâce à la voix d' Aretha qui, à elle seule, donne un je-ne-sais-quoi d'unique à ces chansons qui, d'ordinaire ne me parleraient sans doute pas.

Je voudrais dire aussi que je ne peux éviter de penser à Janis Joplin chaque fois que j'écoute ce disque.

 

Ajouté le 7 mars 2007 :

Mes impressions après 2 mois :

Je maîtrise désormais à peu près les différences qu'il y a entre les morceaux et, en m'y habituant, je finis par trouver des qualités aux chansons autres que Respect.
Parmi elles, je retiendrais particulièrement Don't Let Me Lose This Dream, son tempo relativement soutenu, sa ligne mélodique travaillée tout en finesse, et son ambiance générale. A mon avis cette chanson est taillée sur mesure pour avoir été reprise par Barbra streisand dans les années 80. Si ça n'a pas été fait, c'est à mon avis une faute de sa part.
J'aime bien aussi Good Times, bien rythmée, mais ça je l'ai déjà dit, mais également Do Right Woman, Do Right Man, malgré son tempo slow des plus académiques. Mais le refrain, brillant de simplicité et interprété avec la plus grande des justesses par Aretha et ses choristes, me charme encore un peu plus à chaque écoute. Et puis les lyrics : "If you want a do-right all-day woman, you gotta be a do-right all-night man"; replacé dans le contexte socio-idéologique de l'époque et chanté par une femme noire, ça a une petite portée politique sympa, non? En écrivant cela, je me rends compte que ces vers peuvent aussi être interprétés comme une ode au machisme. Mais toujours est-il que moi, ça me botte.
Save Me, et son démarrage aux starting-blocks est bien attachant aussi, finalement. Un peu court à mon goût, même.
Par contre, si je devais me trouver par exemple dans un lieu public qui diffuserait Drown In My Own Tears ou A Change Is Gonna Come, je ne saurais même pas reconnaître ces deux morceaux qui, pourtant, figurent dans ma discothèque, tellement je trouve qu'ils représentent typiquement la banalité soul dans ce qu'elle peut avoir de plus inepte. Et ce malgré les louables efforts de la diva, comme d'habitude admirables pour eux-mêmes.

Et toujours et encore, le spectre de Janis qui plane quelque-part par là.
 
 

Commenter cet article

Athalide 30/11/2006 10:33

Globalement d'accord avec ta chronique sur Aretha Franklin. Ce qui m'a finalement un peu réconcilié avec la chère Aretha c'est  le titre "Somewhere" enregistré en 1972 : une pure merveille ! De plus on peut sur cette chanson constater que la dame n'est pas manchot au piano (le tout orchestré par Quincy Jones). C'est d'ailleurs dans le registre ballade sentimentale (je n'ai pas dit guimauve fondante) que je l'a préfère (v. not. le très bon "I say a little prayer")

Fab de l'An Mil 30/11/2006 21:50

Je ne crois pas connaître ce Somewhere que tu évoques. Je vais tacher, dès que possible, de réparer ce manque.

eeguab 16/11/2006 20:36

Bien d'accord.A.F. c'est quelques titres très punchy et beaucoup de cette soupe platounette qui a envahi très vite la Soul Music.Mon titre pérféré c'est Chain of fools, dans la lignée de Respect ou Think.Salut Fab.

Fab de l'An Mil 17/11/2006 08:02

Salut Eeguab! On est apparemment d'accord sur Aretha et la soul. Chain Of Fools est quand même un peu plus calme que Think et Respect, je trouve. Plus groovy, peut-être.Merci pour le mot "punchy" : ça va enrichir mon vocabulaire de chroniqueur du dimanche.