Le Paris de Renaud

Publié le par Fab de.

Quand j'ai entendu la chanson "Marche A L'Ombre" les premières fois, j'ai tout de suite demandé à ma mère de m'acheter le disque. A l'époque, j'avais 5 ou 6 ans et ma mère, soit qu'elle s'est gourée, soit qu'elle voulait pas que j'entende trop de gros mots, m'a ramené le 45T  "Les Aventures De Gérard Lambert / It Is Not Because You Are". Mais c'était pas grave : ce disque a enclenché un processus qui a fait de moi un inconditionnel du chanteur (quoique que mon enthousiasme se tasse un peu depuis la période 2001-2002 qui a vu Renaud squatter à la télé et écrire pour Régine -entre autres-).

C'est dans ce contexte que j'ai imaginé un petit circuit touristique d'un jour dans la capitale qui nous ferait passer par tous les lieux parisiens cités dans l'oeuvre du

chanteur. Evidemment, à chaque étape, en hommage à l'amour de Renaud pour les troquets, on s'attachera à marquer le coup au moyen d'une consommation rafraîchissante. J'ai d'ailleurs tenté de calculer le budget de ce périple, mais comme ce texte a été écrit en 1999 ou 2000, les prix figurés sont exprimés en francs. Et vu que je suisprovincial, il se peut que les vrais parisiens trouvent des anomalies dans la description qui suit. Bien sûr, cette balade est toujours restée une utopie, mais je ne désespère pas de la réaliser un jour...

Le départ se situe rue Lhomond dans le 5ème, où habitait à l'époque mon ami Jérôme (grand amateur de Renaud aussi). Le but du jeu pour le lecteur est de retrouver dans quelles chansons les différents lieux sont cités. Voici :

 

 

 

Le Paris de Renaud

 

(TINTINTIN !)

 

 

LE PROGRAMME :

 

 

  • 6h00 : Départ du QG (rue Lhomond), direction l’avenue DENFERT ROCHEREAU (si j’mens, j’vais en enfeau) à pied.

 

  • 6h30 : Un petit café + croissant (18F00) place Denfert pour commencer tranquillement.

 

  • 7h00 : Prise du métro (5F50) à Denfert direction ALÉSIA (où autrefois Vercingétorix s’est battu tout près) ; pain au chocolat + jus de fruit (18F00) pour se donner de l’énergie.

 

  • 7h15 : Départ à pied vers la PORTE D’ORLÉANS (connue pour ses blouses) où il est enfin temps de s’attaquer au premier demi (15F00).

 

  • 7h45 : A pattes vers la PORTE DE VANVES (le matin d’un soir de juin) : 2éme demi (15F00).

 

  • 8h15 : Métro (5F50) jusqu’à la TOUR MONTPARNASSE (elle est belle ma tour !!) : il se fait soif : 3éme demi (15F00).

 

  • 9h00 : Remétro (5F50) jusqu’ à la TOUR EIFFEL (moi j’ adore !) une canette de 1664 (10F00) prise à une baraque de frite et un paquet de pépitos (12F00).

 

  • 9h45 : Métro de nouveau (5F50), descente à CHAMPS ELYSÉES-Clémenceau : demi (35F00) couplé avec celui de l’ELYSÉE (où on élisa Jojo) parce que on y trouvera peut-être pas un rade et pis même si ; y’en a marre de casquer !

 

  • 10h30 : On part pour une courte ballade à pieds jusqu’au JARDIN DES TUILERIES (tu sais bien : les tuiles rient –vaut mieux ça que de les voir bailler-) : barbe à papa ! (10F00).

 

  • 10h45 : Toujours à pied vers l’OLYMPIA (à moi tout seul), c’est blvd des Capucines. Ça fait longtemps qu’on a pas bu une p’tite bière (20F00).

 

  • 11h15 : Usons nos godasses sur le chemin de SAINT-LAZARE (plus de slows-gants façon flic hard) ! C’est l’heure du petit kir du matin (10F00).

 

  • 11h45 : Reprise du métro (5F50) vers Rochechouart (près d’une poubelle) d’ou l’on grimpe jusqu’à MONTMARTRE (gagner notre croûte) et le SACRÉ-CŒUR (et toute sa bande): on regroupe tout ça dans un seul demi hautement artistique (25F00).

 

  • 12h45 : Baladons-nous à pied par delà les ruelles (penser à nous arrêter casser la croûte (40F00) chez un vendeur de sandwiches) pour atteindre le rond-point de LA CHAPELLE et aller jusqu’à LA VILLETTE (métro : 5F50) qui est l’endroit idéal pour procéder à l’analyse scientifique d’un verre de bière à la pression (20F00).

 

  • 14h00 : Une courte marche jusqu’à la porte de PANTIN nous permettra de prendre le métropolitain vers la station « Couronnes » : BELLEVILLE + MÉNILMONTANT (salut Julot !). Un autre demi (15F00) !

 

  • 14h45 : Descendons gentiment ce boulevard (mais ni l’montant) pour arriver Place de la NATION en passant par la RUE DE CHARONNE et le BOULEVARD VOLTAIRE (regretter nos potes). Au moins deux demis en chemin (30F00).

 

  • 16h00 : Faisons le défilé à l’envers jusqu’à la Place de la BASTILLE. Tiens ! Un p’tit apéro pour changer ! (20F00).

 

  • 17h00 : Avec tout ce qu’on a marché, on peut bien reprendre un petit coup de métro (5F50) jusqu’aux HALLES (travailler la nuit). Soif ! (20F00).

 

  • 17h45 : Il est désormais temps de rejoindre à pieds la RUE DU FOUR (où qu’y’a le boxon) en passant par le blvd SÉBASTOPOL (à 220) et le PONT DES ARTS (maux arts). J’en ai plein les pattes ! On s’assoit ? On boit un coup ? (15F00).

 

  • 19h00 : Maintenant, déambulons lentement jusqu’au QG sans oublier de visiter la Place et le Métro SAINT-MICHEL pour tirer des caniches (tu sais quoi : 20F00), et la SORBONNE (si y’a moyen : 20F00).

 

  • 20h30 : Aaaah, ça y est, nous voilà rentrés ! Le temps de casser une petite dalle et nous avons toute la soirée de libre pour voir un peu comment sont faits les rades parisiens…

 

 

 

Voilà, le bilan de ce périple est simple ; cette rude journée nous aura coûté à chacun environ 436 francs (dont 6 tickets de métro), et on risquera de la terminer avec 4,25g d’alcool par litre de sang chacun.

 

 

Bon, j’espère que cette poétique (et peut-être utopique) balade sera possible un jour, car c’est toujours plus agréable de s’instruire en se distraisant (13 ans et demi maximum)* !

 

 

* merci Boby !

Commenter cet article

jean-philippe 31/07/2007 15:45

ah !! la chanson "marche à l'ombre" elle me rappelle des souvenirs d'enfant ,j'avais 6 ans également ,j'étais à la p'tite école nous étions courant 1980 et tous les momes se disaient pour rire "casses toi tu pues..." je comprenais pas trop (j'écoutais pas la radio ...trop petit à 6 ans je m'en fichais un peu des variétés) et puis un peu plus tard , à la télé j'ai vu ce monsieur aux cheveux blonds qui chantait des chansons pleines de gros mots  (dont "marche à l'ombre" évidemment ) et je trouvais que çà changeait des autres chanteurs que je voyais aussi à la télé ! Il faut dire qu'on le voyait tout le temps  Renaud et dans TOUTES les émissions de variété (je ne comprends pas ta déception courant 2002 au cours de son triomphal retour sur la scène médiatique ...on le voyait autant à cette époque ,je t'assure !!!) Je me souviens meme d'un "jeu de la vérité" de Sabatier en 1986 ou il chantait "miss maggie" .Si bien que ,début 1987 (bien après quand meme)  je suis devenu fan  et j'ai acheté "putain de camion" au printemps 1988 mais là ...Point de Renaud dans les médias(c'était une première pour lui depuis 1978 et "laisse béton") par la suite il y est revenu ,doucement en octobre 1991 avec "marchand de cailloux"l(l'album et la chanson-tube) et ce n'est qu'en 2002 que son retour l'a remis en selle comme à l'époque  ! En fait ce que j'aime chez Renaud (en plus du style ,de l'écriture  of course) c'est le fait qu'il soit un artiste engagé avec un look qui,à l'époque choquait un peu mais qui en meme temps avait un aspect 'loubard sympathique et drole"' qui squattait les émissions des Carpentiers,de Danièle Gilbert,de Guy Lux,Bouvard,Drucker ...qui était matraqué sur les ondes  , qui faisait des tubes populaires ("laisse béton" en 1978 ,"c'est mon dernier bal" et "ma gonzesse" en 1979 et puis évidemment "marche à l'ombre" ,"dans mon HLM" et "it is not because you are" en 1980 ...j'arrète là  on a compris je crois !!)bref: un artiste à la fois populaire et engagé  !!!

Fab de l'An Mil 20/08/2007 09:38

Salut, jean-philippe!Oui, j'ai un peu les mêmes souvenirs de cours de récrés. C'était le bon temps. Quoi que...Sinon, ce qui m'a déçu chez Renaud dans son come back médiatique, c'est sa trop grande présence sur les ondes. Dans plusieurs de ses chansons, il sait fustiger, avec raison, le monde des médias et en particulier la télé, sans doute le plus gerbant. Et le voir ainsi se pavaner devant les caméras et se faire servir la soupe par les mêmes qu'il conchie sur disque, ça me dérange un peu. Et Je suis pas le seul.Mais rassure-toi, ça ne m'empêche pas de toujours apprècier ses chansons au plus haut point.