Jacques Brel - Les Bonbons

Publié le par Fab de.

Jacques Brel
 
Les Bonbons
(1963)
1. LES BONBONS – 2. LES VIEUX – 3. LA PARLOTE – 4. LE DERNIER REPAS – 5. TITINE – 6. AU SUIVANT – 7. LES TOROS - 8. LA FANETTE – 9. J'AIMAIS – 10. LES FILLES ET LES CHIENS - 11. LES BIGOTES - 12. LES FENÊTRES - Bonus Tracks : 13. QUAND MAMAN REVIENDRA - 14. LES AMANTS DE COEUR
Durée : 47’52
Prix/lieu d'achat : Ha-aaaa...?!
Dans la discothèque entre : Georges BRASSENS et  Grant Lee BUFFALO
 
Mes antécédents concernant l'artiste :
Merci de vous reporter à la chronique de l’album Les Bourgeois 
 
Pochette, livret, packaging... :
A la grande époque de LA Chanson Française, il était de bon ton chez les artistes d'avoir ce petit snobisme qui consistait à ne pas donner de titre aux albums que l'on produisait. Le plus récent que je connaisse à avoir pratiqué ainsi, c'est Renaud, sur ses premiers disques.
Les fans étaient alors bien embêtés lorsqu'ils voulaient deviser entre eux de tel ou tel album de leur idole. Ils pouvaient bien sûr désigner le disque par ce que représentait sa pochette. mais si vous jetez un petit coup d'oeil ci-un-peu-plus-haut, vous comprendrez aisément que les "...mais si, tu sais bien, celui où qu'on voit la tête de Jacques Brel en pochette!!" aient fusé plus que fréquemment et n'aient eu pour effet que d'envenimer bien des conversations, voire briser définitivement de vieilles amitiés. Il y avait néanmoins une autre technique pour faire le point dans la carrière d'un chanteur, bien plus efficace, mais demandant aussi plus de culture, qui consistait à désigner un album par le titre de la première des chansons qui le composaient.
C'est ce système que les maisons de disques ont repris à leur compte au moment des rééditions en CD. Et c'est pour cela que cette chronique s'intitule "Jacques Brel - Les Bonbons" et non "Jacques Brel" tout court. Et c'est tant mieux, parce que les chroniques des précédents albums du Grand Jacques se seraient aussi appelées ainsi, et ça aurait peut-être pu causer quelque bugs dans le beau système d' over-blog (gloire à lui).
Bon. Trève de digression.
La photo de la pochette, on pourrait croire une pub pour une lessive. Dans un décor naturel et verdoyant, Brel fixe l'objectif d'un regard franc. Il est propre sur lui; son sous-pull est bien repassé et les épaules de sa veste noire ne sont pas souillées par la moindre trace de pellicule capillaire.
Pour couronner le tout, le désuet mot "vedettes" entouré de petites fleurs, vient estampiller le haut de la pochette et renforcer ainsi le côté marchand de poudre à la lavande.
 
Mes impressions à la première écoute :
C'est quand même bien comme du Brel, mais quand même, j'suis quand même un peu déçu.
Quand même.
Bon, dans l'absolu, ce disque est un très très bon disque de chanson, mais quand je regarde un peu en arrière et que je vois quelle magnifique ascension a fait Brel depuis lalbum Grand Jacques jusqu'à Les Bourgeois, le léger voile terne qui vient se poser sur l'énergie et l'imagination du monsieur vient aussi troubler un chouïa mon plaisir d'écoute. Mais attention, qu'on ne se méprenne pas, il
est tout de même très très léger ce sentiment de baisse de qualité. Mais néanmoins très réel.
Sinon, je connaissais déjà Les Bonbons, Les Vieux, Au Suivant, Les Bigotes, et un peu Titine, sans le savoir. C'est le genre de refrain que j'entendais chanter par ma mère quand j'étais petit (et même plus grand, d'ailleurs), mais j'avais jamais su que c'était du Brel. J'aurais parié sur quelque-chose de plus ancien et plus franchouillard comme Maurice Chevalier ou Ray Ventura.
Ça fait quand même une bonne pléïade de tubes incontournables, tout ça! Mais aucun des autres morceaux ne m'a réellement frappé, comme ça, à la première écoute.
   
Ajouté le 29 septembre 2006 :
Mes impressions après 1 mois :
Je pense que, au niveau des textes, Jacques Brel a connu sur cet enregestriment une baisse de niveau générale par rapport à ses oeuvres précédentes. Et plus au niveau du fond que de la forme. Si Les Vieux est une chanson parfaite, si Au Suivant et son côté anti-militariste me comblent et si Les Toros, morceau anti-corrida à ranger entre Olé de Renaud et La Corrida de Cabrel, me ravit, par contre, certaines autres chansons comme La Parlote, Titine, Les Filles Et Les Chiens et Les Fenêtres (dont le sujet est bien ces chassis vitrés qui font entrer la lumière du jour dans nos maisons), me laissent un peu froid d'un poiint de vue philosophique. Bien sûr, comme d'habitude, les textes sont parfaitement équilibrés et font corps avec les accompagnements, mais on a l'impression que Brel a eu un peu de mal à trouver des sujets de dissertation pour remplir cet album.
Toutefois, sur un plan plus strictement musical, je me réjouis de trouver des influences aussi diverses que variées dans les différentes compositions de cette oeuvre. Et je suis même carrément bluffé par l'accompagnement du mysogine (bien que Brel s'en soit défendu, mais mollement) Les Filles Et Les Chiens, sorte de valse éthylique avec orgue énergique qui n'aurait pas dépareillé sur un disque de rock psyché, quelques années après Les Bonbons.
   
Ajouté le 1er novembre 2006 :
Mes impressions après 2 mois :
Mouais. J'avais à peu près déjà cerné le truc au bout d'un mois.
Les points positifs : Brel a franchi un pas significatif du côté de l'engagement, les textes sont toujours très bien écrits et les accompagnements toujours ciselés au quart de poil; la musique de Les Filles Et Les Chiens est étonnante et jouissive.
Les points négatifs : certains sujets traités dans les textes sont pratiquement sans intérêt, les paroles de Les Filles Et Les Chiens sont relativement malsaines.
Mon morceau préféré? Je dirais Les Filles Et Les Chiens
 

Commenter cet article

Chtif 13/09/2006 12:38

ah c'est sûr qu'en live, les chansons ont plus d'impact, ne serait-ce que "les bonbons"... je suis aussi rarement chamboulé par les enregistrements studio du monsieur (ah, il y a "ces gens-là" quand même...)Sinon, très amusante aussi, cette chronique

Fab de l'An Mil 14/09/2006 08:06

Merci.D'accord avec toi pour le live et les bonbons. Par contre, je me contente fort bien aussi des albums studio.