Sarclo - Les Pulls De Ma Poule

Publié le par Fab de l'An Mil

Sarclo

Les Pulls De Ma Poule

(1985)

1. QUAND TU SERAS PETITE - 2. LES SALAUDS - 3. COURAJOD - 4. BERLIN - 5. MON PETIT BONHEUR LA CHANCE - 6. RUE DE BERNE - 7. LES PULLS DE MA POULE - 8. DIEU - 9. DUCON - 10. MOURIR, C'EST PÉRIR UN PEU - 11. MICS MACS IDÉOLOGIQUES DU GOULAG MOU

Durée : 32'52

Prix / lieu d'achat : 17,75 € sur amazon.fr

Dans la discotèque entre : SANSEVERINO et SAXON

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Vu en concert à Rennes le 26 mars 1996.

C'est en tant que première partie d'un concert de Renaud (auquel je m'étais rendu avec Jérôme - toujours les mêmes - c'était d'ailleurs le jour de ses vingt ans) que j'ai connu Sarclo*, chanteur suisse francophone. Je me rappelle plus trop de son concert, mais je sais qu'on avait trouvé ça sympa et qu'on s'était même franchement marré à l'écoute d'une chanson sur les métiers qui disait, en refrain, à peu près ceci : "Je voudrais être garagiste, ils ont de beaux calendriers."

Suite à ça, j'ai cherché pendant quelques temps une oeuvre de Sarclo* dans les bacs des disquaires, sans jamais en trouver. Et puis, ces derniers temps, alors que je flanais sur amazon, je me suis rappelé de cette frustration, et j'ai constaté, avec un plaisir relatif, car pas de prix doux, que toute la discographie du monsieur était disponoble à la vente. Alors, à tout hasard, j'ai choisi le chronologiquement premier album : Les Pulls De Ma Poule.

 

Pochettes, livrets, packaging... :

On devine, à voir la pochette, que son nom complet, à Sarclo*, c'est Sarcloret, et qu'il a dû commencer à tourner sous ce patronyme avant de se faire appeler Sarclo*. Parce que sur la tranche du boîtier, ainsi que sur le CD, c'est bien marqué "Sarclo*". La photo, c'est une poule anthropomorphe qui postillone dans un micro et qui est floquée sur un pull-over à maillage relativement fin.
Au verso, on voit le chanteur en plan torse+tête (oui, là je manque un peu de vocabulaire technique) qui porte le-dit pull et aussi un bébé. Sur le pull est inscrit "LES PULLS DE MA POULE", et le jeune enfant doit masquer à l'objectif le dessin de galinacé visible au recto.
Bon, je tartine un peu là, mais en fait c'est pas du tout le genre de disque que t'achèterais sur pochette.

A l'intérieur, y'a les paroles, les noms des zicos et du studio d'enregistrement. Et la date. Pas de photo. Et le tout est en noir et blanc.  

 

Mes impressions à la première écoute :

L'accompagnement musical est plutôt fadasse, trop teinté eighties avec des boîtes à rythmes qui font "ploc, tchip, ploc-ploc". Le chant, avec un timbre et un phrasé qui m'ont fait pensé tour à tour à François Hadji-Lazaro et Charlélie Couture, est un peu monocorde (sans relation de cause à effet avec les ressemblances pré-citées). Tout cela n'est pas fait pour mettre en valeur les textes des morceaux qui devaient constituer pour moi l'intérêt principal de ce disque. Il me faudra donc sans doute plusieurs écoutes concentrées avant de pouvoir les apprécier.
En plus, de ce que j'ai pu comprendre, les paroles ont l'air d'avoir souvent pour sujet les petites choses du quotidien. Exercice de style dont a fini par me dégoûter la nouvelle génération des chanteurs français (Vincent Delerm & Co.)

J'étais donc un peu dépité, jusqu'à ce que se produise un déclic au démarrage de la huitième piste lorsque, sur un fond de reaggae matiné de country, enjoué et très rafraichissant, j'ai entendu déclamer que "Dieu est une magouille de l'opposition...".
Puis ça enchaîne sur Ducon, une petite chronique de la haine ordinaire rythmée rock. Ha! Voilà enfin ce que j'attendais.
Mourir, C'Est Périr Un Peu, bien que plus calme, semble contenir plein de jeux de mots savoureux. Puis, on termine en beauté avec un Mics Macs Idéologiques Du Goulag Mou, dont le titre à la Thiéfaine et les paroles délirantes façon Thiéfaine jeune font beaucoup penser à Thiéfaine, mais sans toutefois plagier Thiéfaine. Et moi, j'aime bien Thiéfaine.

Me voilà rassuré, malgré un début fade, la fin du CD est plus relevée. Je vais donc avoir tout de même quelque-chose à me mettre sous la dent en écoutant ce disque.
Bon, c'est vrai, il faut le mériter. Mais peut-être aussi, qu'à force, je vais finir par trouver des choses intéressantes parmi les sept premiers morceaux.

*: oui, oui, c'est bien Sarclo avec un c et un l. Faudrait pas déconner non plus ! 

 

Ajouté le 4 août 2006 :

Mes impressions après 1 mois :

Ce qui est un petit peu pénible dans les vieux CD, quand les bandes d'origines n'ont pas été remasterisées, c'est que le volume de l'enregistrement est bien plus faible que sur les skeuds modernes. Et quand en plus, le mixage originel du disque que tu veux écouter a été réalisé de telle manière que la voix du chanteur se retrouve en bonne partie recouverte par les accompagnements (ce qui est un peu déplorable pour de la chanson dite "à textes"), tu te retrouves dans l'obligation de pousser le volume assez haut, d'autant plus si tu es en voiture. Du coup, la musique gagne un peu en relief, les basses s'expriment, et le chant devient plus clair. Alors est-ce que tout cela a été fait exprès, comme sur le Disintegration de The Cure où il est écrit (de mémoire) "This record has been mixed to be played loud, so turn it up!",  où est-ce que la production a largement bâclé son boulot? Je sais pas, mais vu que Les Pulls De Ma Poule est un premier album enregistré en Suisse, pays pas forcément réputé pour la qualité de ses studios, j'aurais tendance à pencher pour la deuxième solution.
Bon, tout ça pour dire que l'écoute de ce disque n'est pas confortable du tout.

Mais faut pas s'arrêter à ça, cet album est pour moi une vraie bonne surprise.
Je vais commencer par le sujet qui fâche; les chansons "intimistes" genre première gorgée de bière. Elles ne sont en fait qu'au nombre de quatre, voire cinq (Courajod, est l'évocation d'un souvenir d'enfance de l'auteur qui concerne un personnage tiers, du coup je sais pas trop si je peux la classer dans cette catégorie. Et pis elle est marrante.). En fait, ces chansons-là me lassent un peu parce que j'ai été (comme beaucoup de monde) gavé de ce style d'oeuvres, ces dernières années, avec Bénabar et ses amis. Mais, celles de Sarclo ont le mérite d'avoir quinze ou vingt ans de moins et elles sont quand même vachement bien écrites. Je citerais (ce qui est rare ici; ce n'est pas la vocation de ce blog)  le premier couplet de Berlin, qui parle de l'état de désolation dans lequel se trouve un appartement conjugal et son unique occupant quand madame est plusieurs jours en déplacement (à Berlin on imagine) :

Quand t'es pas là, c'est pas la peine
De taper sur les oreillers
Je leur laisse leur drôle de dégaine
Je leur dit qu'ils ont qu'à s'écraser

Moi je trouve ça bien vu et bien dit. Non?
Sinon, Quand Tu Seras Petite c'est un peu le Pierrot de Renaud, l'évocation des relations futures entre un père et son enfant. Mon Petit Bonheur La Chance, c'est encore un papa qui console sa petite fille qui a peur du noir. Et Les Pulls De Ma Poule porte bien son titre; comment admirer sa femme et l'aimer encore plus en faisant l'inventaire de sa garde-robespulls.

Mais à part ceux-ci, qui ne sont quand même pas si mal tout compte fait, les autres morceaux me ravissent pleinement. On y trouve du réalisme, du surréalisme, de l'engagement politique, de l'athéisme revendiqué (j'adore), des textes finement ciselés et un humour parfois grinçant, mais toujours présent. Et pour moi, le summum est atteint avec Dieu, dont je ne peux encore pas m'empêcher de citer un bout :

Allez! ... Si y avait un bon dieu
Aurait-il fait Mireille Mathieu
Aurait-il inventé Giscard
Ou les chansons d'Hervé Villard
Et les sandwichs de Jacques Borel
Vous croyez que ça descend du ciel
Si vous voulez mon opinion
Dieu est une magouille de l'opposition

Que du bonheur! Sûr que je vais pas en rester là de la discographie de Sarclo...

Et la partie musique? Ben je crois que j'avais déjà bein cerné le sujet lors de la première écoute, et qu'il n'y a pas grand chose de bien follichon à espérer découvrir de ce côté-là.

 

Ajouté le 10 octobre 2006 :

Mes impressions après 2 mois :

Les Pulls De Ma Poule, malgré son titre un peu nase et sa production désuète, est pour moi un très très bon disque de chanson française francophone. Jusqu'à la dernière écoute j'ai été subjugué par les talents de parolier de Sarclo.
Sûr que je ne vais pas en rester là avec cet artiste.

Parmi l'abondante qualité de cet album, mon préféré reste Dieu. Et je peux vous dire que c'est pas souvent que ça lui arrive. Voire même jamais.

 

Commenter cet article

arensb 22/05/2007 15:47

Selon Wikipédia, son vrai nom est Michel de Senarclens, mais a pris le nom de scène Sarcloret, plus tard raccourci pour donner Sarclo. A part ça, il a aussi un site officiel: http://www.sarclo.com/

Fab de l'An Mil 23/05/2007 08:10

Ah! ben je n'avais pas compris du tout, alors!    ;-)Merci beaucoup pour ces infos, arensb.

arensb 22/05/2007 05:58

*: oui, oui, c'est bien Sarclo avec un c et un l. Faudrait pas déconner non plus !
Si je me rappelle correctement, "sarcloret" est un synonyme (peut-être genevois) pour "sarcloir", c-à-d une serpe. Je sais pas pourquoi il a pris ce nom de scène, m'enfin bon.

Je l'ai vu en concert avant la publication de "Pulls", et ses chansons étaient beaucoup plus du style "Dieu" et "Mics macs" que du style "Mon petit bonheur la chance". Si tu arrives à trouver des enregistrements plus vieux que celui-ci, tu aimeras surement.

Fab de l'An Mil 22/05/2007 08:26

Ouah!! Merci beaucoup pour toutes ces précieuses infos, arensb. Et bienvenue dans ces modestes pages.   :-)Donc, si j'ai bien compris, Sarcloret serait le pseudonyme de Sarclo, et pas le contraire?

Oliv. 25/07/2006 23:22

je ne connais pas du tout mais cela parrait interressant !!

Fab de l'An Mil 26/07/2006 07:42

C'est même très intéressant. Pas étonnant que ce gars-là ait été un pote de Renaud.