Tool - 10,000 Days

Publié le par Fab de l'An Mil

Tool

10,000 Days

(2006)

1. VICARIOUS - 2. JAMBI - 3. WINGS FOR MARIE (PT 1) - 4. 10,000 DAYS (WINGS PT 2) - 5. THE POT - 6. LIPAN CONJURING - 7. LOST KEYS (BLAME HOFMANN) - 8. ROSETTA STONED - 9. INTENSION - 10. RIGHT IN TWO - 11. VIGINTI TRES

Durée : 75'50

Prix / lieu d'achat : 15,99 € sur amazon.fr

Dans la discotèque entre : H.F. THIÉFAINE et TRUST

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

C'était pendant un été du milieu des années 90 du siècle dernier. Je ne sais plus l'été de quelle année exactement (94,95 ou 96). A cette époque, la chaîne de télévision M6 tentait encore d'entretenir sa réputation de chaîne musicale. Et oui! Si j'ai bonne mémoire, l'état français avait créé une chaîne nommée TV6 qui avait pour vocation a devenir la chaîne de la musique et des jeunes (et de la musique de jeunes). Dix ans après, M6 avait encore dans sa grille quelques émissions de clips de musique moins commerciale que celle diffusée le matin, et en particulier une émission de clips metal (et/ou hard-rock, voire un peu punk : les musiques qui font peur à ceux qui ont des raisons d'avoir peur, quoi!). Bien sûr, ces clips étaient diffusés tard dans la nuit et un jour de semaine (je dirais le mardi). C'est pour ça que je profitais de mes vacances pour mater ça. C'est de cette manière que j'avais fait la connaissance d' Offspring quelques mois avant que leur Smash n' innonde le marché du disque en France.
Et, revenons-en au sujet, c'est aussi comme ça que j'ai vu et revu un petit film d'animation 3D présentant un petit bonhomme fait de fil de fer et de grelots (ou genre) évoluant sur une musique électrique et mécanique. Il arrivait certaines péripéties un peu gore à cette marionnette. Moi, peu encore initié à ces formes d'expression artistique, je me contentais d'être fasciné par ce clip aux tons rouille.

Plus d'un an après (peut-être deux), en souvenir de cette expérience télévisuelle, je me suis décidé à investir mon capital-CD du moment dans un album de Tool. J'ai donc fait l'acquisition d' Aenima. La chanson du clip ne figurait pas sur le disque (elle doit être sur celui d'avant, le premier), mais j'ai largement reconnu le style de la musique.
On retrouve souvent Tool classé parmi le metal chez les disquaires ou dans les magazines spécialisés. Mais pas toujours, voire pas toujours du tout. Ça leur fait un point commun avec Queens Of The Stone Age. Personnellement, je ne trouve pas que Tool ressemble tellement à du metal. Même si les guitares sont assez bruyantes et les rythmiques plutôt techniques, j'ai du mal à qualifier la musique de Tool. J'ai souvent lu et entendu dire que c'était de l' "indus". Je ne connais pas la définition du Robert du rock dit "indus" mais, si comme l'éthymologie de son nom semble l'indiquer, cette musique est ainsi nommée parce qu'elle ressemble au son que produirait des machines-outils harmonieusement employées, alors oui: Tool c'est de l' "indus".
En tout état de cause, ce n'est pas ce disque qui est mon album metal du mois (c'est celui de Judas Priest; là y'a pas de doute!!).

Aenima ne m'a pas été facile d'accès. Mais j'ai toujours été fasciné par cette musique très rythmée et syncopée (un peu comme du rock progressif, mais c'est pas du prog'), par ces basses et ces guitares massives (comme du doom-metal, mais c'est pas du doom), et par ce chant nonchalant (et puissant quand il le faut) qui parait toujours être en train d'essayer de rattraper un temps de retard qu'il aurait par rapport au reste du groupe. De plus, Aenima contenait certaines phases assez expérimentales qui ne s'apprivoisent pas du jour au lendemain.
Mais, après quelques efforts, j'ai fini par bien rentrer dans ce disque, m'imprégner des ambiances glauques qu'il développe et me sentir bien dedans; j'ai appris à détailler les longues plages instrumentales un peu répétitives pour y trouver quelque-chose de nouveau à chaque écoute et ne plus m'y ennuyer.

Bref, cette découverte de Tool fut concluante et Aenima reste pour moi, par son aboutissement,  un des meilleurs albums de ma discothèque. Mais ce fut tout de même un travail de longue haleine que d'en arriver là. C'est peut-être pour ça que j'ai attendu dix ans avant de me replonger dans une oeuvre de Tool.

 

Pochettes, livrets, packaging... :

Alors là, les amis! C'est pas un des meilleurs disques de ma collec', c'est ZE BEST!! Au niveau du digipack, je parle, hein! Vous voyez, la pochette? C'est peut-être un peu sombre, mais ça représente une tête à trois visages, un peu comme un mélange de mytholgies grecque et hindoue. Mais en vrai, en fait, il y a un volet muni de deux loupes et qui se rabat sur les yeux du tricéphale. Je me suis interrogé un moment sur l'utilité de ce bazar. Au début, je pensais que c'était une blague, comme de dessiner au marqueur des lunettes à une statue. Mais cela représentait quand même une belle débauche de moyens pour une connerie somme toute pas super-drôle. Et puis, en feuilletant le livret, la vérité m'est apparue quand j'ai croisé du regard les mots "Stereoscopic lenses". En fait, tu déplies le digipack, tu mets tes yeux en face des trous, et là, tu peux mater une quinzaine de belles images en 3D. L'effet est saisissant, j'avais jamais vu ça dans un CD. J'adore!!! (Pour la peine, et pour que ce soit bien clair, je me fends même d'une photo.)
Et tout ça pour moins de 16 euros. Ah! il faut que ce soit la crise du disque, pour qu'on ait droit à des trucs comme ça. Et pourquoi ils nous faisaient pas ça avant, les salopards? Hein?

Mis à part ça, j'ai pas les paroles des chansons (pas plus que dans Aenima) et je n'ai toujours pas non plus les noms des musicos, même si, ce coup-ci j'ai leurs photos (enfin, je suppose que ce sont eux). En 3D en plus!

 

Mes impressions à la première écoute :

Pas de doute, c'est bien le même groupe qui avait pondu Aenima dix ans auparavant. Les sonorités n'ont pas tellement changé. Par contre, soit le batteur n'est plus le même, soit il a vachement progressé pendant ce temps, parce que là, ça arrose, niveau technique, aux fûts. Ça change de rythme à tout bout de champ, mais sans jamais quitter la ligne directrice du morceau, ça crée, ça invente, ça assure : Mike Portnoy n'a qu'à bien se tenir!

Dans leur composition, les chansons m'ont l'air moins variées que sur Aenima, les ambiances sont plus ou moins toujours les mêmes. Il y a sur ce disque moins d'expérimentations, je trouve; moins de bidouilles avec des bruitages, moins de trucs dans le genre. Mais y'en a quand même un peu : pour preuve, le dernier morceau de 5'02 consiste en une accumulation de bruits météorologiques (les vagues, le vent, la pluie) juste interrompus quelques secondes, à un moment, par une voix d'outre-tombe dont je n'ai pas saisi le discours exact. Viginti Tres me semble donc assez dispensable, au premier abord.

Mais je ne prétends pas pouvoir juger le disque d'un groupe comme Tool sur une seule écoute. Cela dit, je suis quand même assez confiant quant à la qualité globale de cet enregistrement. Et je suis conforté dans cette impression quand j'ai sous les yeux les durées des morceaux : elles s'échelonnent de 1'11 à 11'13; 8 d'entre eux durent plus de 6 minutes, et 2 font plus de 11 minutes. C'est souvent bon signe des temps comme ça. Si, si!! 

 

Ajouté le 2 juillet :

Mes impressions après 1 mois :

Je commence à avoir quelques repères dans cette oeuvre. Et je prends du plaisir à son écoute, mais j'ai encore bien du mal à analyser pourquoi. C'est surout beaucoup des ambiances. Parce qu'il y a pas mal de séquences répétitives dans ce disque, et moi je suis pas très client, normalement des musiques répétitives. Et là, pourtant je suis régulièrement scotché. Je pense que c'est à cause des ambiances glauques que ces messieurs de chez Tool savent créer et faire durer de manière tenace. Ça scotche, des trucs comme ça.

Sinon, il y a deux morceaux qui m'ont interpellé plus que les autres, c'est Jambi et The Pot.

Voilà. J'espère avoir des choses plus complètes et plus intéressantes à dire sur ce CD le mois prochain.

 

Ajouté le 4 août 2006 :

Mes impressions après 2 mois :

Ouais c'est bon, deux mois c'était pas de trop, mais là je suis bien dedans, là. J'ai à peu près mes repères dans l'oeuvre et tout et tout. J'y distingue deux familles principales de morceaux. Ceux rapides, énergiques et très techniques, très Tooliens, que j'espérais bien rencontrer en achetant ce disque. Et les autres, plus planants, plus "space", plus répétitifs, et que j'apprécie moins.
Dans la première famille, je mettrais l'excellente entrée en matière Vicarious et son intro exemplaire; le très bon et très complet Jambi; 10,000 Days (Wings Pt 2) avec ses onze minutes passées et sa progression d'anthologie (malgré un démarrage un peu trop long : presque 6 minutes); The Pot, y'a pas photo, peut-être mon morceau préféré, il va droit au but!; Roseta Stoned et ses 11'11 d'énergiques, jouissives et exténuantes variations; et le tubesque Right In Two, sans doute le morceau le plus mélodique (mais juste un peu) de l'album.
Dans la deuxiéme famille, je placerais Wings For Marie (Pt. 1) de justesse, Lipan Conjuring sans hésitation, heureusement qu'elle ne dure que 1'11 et puis elle a le mérite d'offrir une plage de répis après le décoiffant The Pot; Lost Keys (Blame Hofmann) qui avec ses 3'46 de larsen (ou genre) placées après Lipan Conjuring est trop long; Intension et ses interminables sept minutes de marnonnements psychédéliques; et le dispensable Viginti Tres qui n'est pas, comme je l'ai précédemment écrit, composé de bruits météorologiques, mais plutôt de bidouillages à base de larsen et autres bruits roses.

Mais l'alternance des différents morceaux a quand même bien été étudiée pour créer une sorte de relief acoustique varié constitué de collinnes et de vallons plutôt que de pics et de canyons, ce qui confère une certaine unité à l'album sans l'enfermer dans la monotonie, et évite un effet de masse qu'aurait induit un empilement de titres riches en effets hautement techniques. En tous cas, je suis bien content d'avoir ce disque chez moi (avec des lunettes stéréoscopiques, en plus).

Je ne sais pas si cet album est un chef d'oeuvre, mais je serais d'avis de dire que Tool est un chef-groupe. Et même si ça se dit pas, je fais qu'est-ce que je veux sur MON blog!

 

Commenter cet article

dysto 02/05/2008 23:18

quel album !le meilleur de Tool ? je ne suis pas loin de le penser!et en concert, ce groupe déchiiire !à quand leur retour en France ?

Fab de l'An Mil 28/07/2008 22:50


Quand? J'en sais foutre rien, mon ami.
Et je suis pas tellement pressé de les voir revenir : j'ai toujours pas écrit la chronique de leur concert Nantais du 08/12/2006 !    :-)


jerobinome 11/05/2007 00:26

Dis donc Mister Fab, on attend toujours tes commentaires du concert du 8 décembre 2006, me semble t il.
A peluche!

Fab de l'An Mil 11/05/2007 12:54

Ben ouais, je sais bien!!Mais t'inquiète pas, mes notes sont toujours en bonne place sur mon bureau, reste plus qu'à trouver le temps pour, et c'est pas le plus facile.J'ai un autre concert à chroniquer aussi : Graeme Allwright, vu en mars.Tout cela manquera de fraîcheur, c'est sûr, mais ça sera fait. Un jour.

Théo 14/04/2007 14:29

Lateralus est assez génial je trouve, je te conseil : Lateralus, Parabola, Schism et The Grudge, les autres je les ai encore à découvrir et dans Undertow : Sober est génial mais tu la connais je pense et Prison Sex, les autres aussi j'ai à les découvrir.(PS : Stinkfist est tout simplement génial :)Merci d'avoir lu mon comentaire, ciao et bonne continuation !

Fab de l'An Mil 19/04/2007 23:44

C'est moi qui te remercie pour tes conseils   ;-)

Théo 13/04/2007 15:02

Bon je l'annonce direct, je ne suis pas du tout un pro de la musique, mais j'ai quelques bases, et pour Tool ... je n'arrive pas à trouver d'étiquette, Indus à quelques moments (me rappelant du Rammstein sur des chansons comme Cold and Ugly dans l'album Opiate), d'autres de la prog' et encore d'autres indéfinissable pour moi, je le rappelle ^^Je pense que Tool a créé un son prope à lui-même, sans étiquette, sans définition, un son entre du A Perfect Circle et NIN sans pour autant sans rapprocher, après les Red Hot et Rammstein, ces trois groupes (APC, NIN et Tool) sont les seuls, surtout Tool, avec qui je peux écouter leurs chansons sans m'en lacer. Ca viendras peut-être, mais au bout de quelques mois on se pose la question, réellement j'ai du mal à me passer d'un bon Lateralus ou d'un Right in Two, voir d'un Sober par-ci ou d'un The Grudge par-là (sans parler d'un Vicarious, d'un Parabola ou d'un 10.000 days qui est pour moi, tout simplement, un pur chef-d'oeuvre)C'est vrai que je n'ai pas adhérer du jour au lendemain, mais à mon avis c'est ca qui fait que c'est un groupe géniallissime, pas comme certains autres qu'on écoute dix milles fois en une journée et que dès le lendemain on en a déjà marre, James et ces musiciens (Justin, Adam et Danny) nous donnent du fil à retorde pour décortiquer leur musique c'est ce que j'ai fait avec plaisir et je vais continuer car les albums Aenima et Undertow me sont encore que très peu connus.(merci pour l'envie que tu m'as donné d'écouter Aenima et désolé pour ce commentaire un peu (trop) long, bonne continuation, tu gères vraiment bien !)

Fab de l'An Mil 13/04/2007 21:58

Salut Théo! Merci de passer et de laisser une trace.Ne t'inquiète pas, un commentaire n'est jamais trop long lorsqu'il est intelligent et argumenté.
Oui, de l'avis de pratiquement tout le monde, Tool est effectivement à peu près inclassable. J'ai personnellement mis un bon moment avant de consentir à ranger cette chronique dans la catégorie "metal". Mais je crois que cette absence d'étiquette est le signe d'un groupe majeur. Pour que ce soit total, il faudrait que la musique de Tool s'érige en genre à part entière. Mais comme ils sont plutôt tout seuls dans leur catégorie, c'est pas évident.Je me rappelle quand Nirvana a débarqué en france, journalistes et disquaires les classaient le plus fréquemment comme groupe de metal. Puis, quand le terme "grunge" est apparu, Nirvana et une ribambelle d'autres groupes s'y sont engouffrés. Aujourd'hui tu peux les retrouver dans la variété internationale ou, au mieux, dans le rock indé.
Sinon, je ne peux que t'encourager à découvrir Aenima, très fréquemment reconnu comme étant, certes de peu, le meilleur album du groupe. Personnellement, il me reste encore à découvrir Undertow et Lateralus. Mais je vais sans doute attendre encore un peu car je pense qu'il est souhaitable de laisser décanter quelques mois, voire quelques années, un album de Tool avant d'en entamer un autre. D'ailleurs leur rythme de parution semble être en plhase avec ma théorie.

Silicate 04/09/2006 16:54

Whouaw ! Ca c'est de la chronique ! Très bien d'ailleurs, très personnelle ! J'aime beaucoup ta façon de revenir sur la chose, un mois et 2 mois après !
Du beau travail ;-)

@+ !

Sili

Fab de l'An Mil 05/09/2006 13:04

Et bien merci beaucoup, ça fait très plaisir !
Apparemment tu as enlevé l'option "création de trackback "de ton blog, du coup je sais pas trop comment faire, alors je mets un petit lien ici :
http://afraid-spirit.over-blog.org/article-2688652.html