Blondie - Blondie

Publié le par Fab de.

Blondie

Blondie

(1976)

1. X OFFENDER - 2. LITTLE GIRL LIES - 3. IN THE FLESH - 4. LOOK GOOD IN BLUE - 5. IN THE SUN - 6. A SHARK IN JETS CLOTHING - 7. MAN OVERBOARD - 8. RIP HER TO SHREADS - 9. RIFLE RANGE - 10. KUNG FU GIRLS - 11. THE ATTACK OF THE GIANT ANTS - Bonus tracks : 12. OUT IN THE STREETS (demo) - 13. THE THIN LINE (demo) - 14. PLATINUM BLONDE (demo) - 15. X OFFENDER (single version) - 16. IN THE SUN (single version)

Durée : 46'18

Prix/lieu d'achat :  9 € je crois (faudra que je pense à garder les tickets) à la FNAC

Dans la discothèque entre : BLIND GUARDIAN et David BOWIE

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Blondie, j'ai commencé par le subjugant Parallel Lines découvert dans la discothèque parentale (et oui, encore). J'avais été très vite séduit par son rock énergique et rafraîchissant, alors évidemment, quand les prix des CD de ce groupe sont devenus abordables pour ma bourse d'étudiant d'alors, j'ai racheté Parallel Lines puis j'ai voulu connaître les autres oeuvres de ce groupe.

Les albums d'après Parallel Lines sont largement un ton en dessous. Et PLastic Letters, le disque précédent est très bon mais n'arrive pas au niveau de son cadet. Il semblerait donc, et c'est ce que semble confirmer plusieurs de mes lectures, que Parallel Lines soit définitivement le meilleur album de Blondie. Même si ce groupe est toujours en exercice...

 

Mes impressions à la première écoute :

L'album Blondie, le tout premier du groupe semble moins percutant que son successeur Plastic Letters, et donc à plus forte raison que son petit frère Parallel Lines. On aurait donc, dans les premières années de la vie du groupe, une progression linéaire de la qualité musicale que l'on peut disséquer de la manière suivante :

  1. 1. Blondie : bien
  2. 2. Plastic Letters : mieux
  3. 3. Parallel Lines : top

Pourtant, les ingrédients semblent être à peu près les mêmes dans ses trois opus : un rock simple et vigoureux mené par un chant féminin clair et énergique. On retrouve un peu l'esprit des meilleurs standards du rock des fifties, dont certains sont d'ailleurs repris par Debbie Harry et ses amis. Alors, qu'est-ce qui fait la différence entre ces 3 disques ? Quelque chose sans doute d'assez impalpable du domaine de la couleur de son, du travail de production, la traduction de l'énergie des musiciens lors du processus prise de son/mixage/pressage, un déclic, l'expérience qui s'accroît...

 

Ajouté le 1er mai 2005 :

Mes impressions après 1 mois :

Je crois avoir résolu partiellement le paradoxe soulevé à la première écoute : pourquoi l'album Blondie sonne-t-il moins bien que Parallel Lines alors que les deux disques contiennent les mêmes ingrédients ?

Une partie de la réponse est peut-être dans le travail de production en studio : je trouve la section basse/batterie pas très percutante et mettant donc moins en valeur le côté "bondissant" des chansons du groupe.

Mais je pense plutôt que cette différence vient d'une inégalité qualitative entre les morceaux. Il y a du déchet sur Blondie qu'on ne trouve pas dans Parallel Lines. Le trop académique slow In The Flesh casse le rythme entraînant lancé par les deux premières chansons. Il est suivi d'un Look Good In Blue d'une composition sans relief. On aurait pu se passer aussi de la biguine Man Overborad, du poussif Rifle Range, ainsi que de The Attack Of The Giant Ants : un délire même pas drôle.

 

Ajouté le 7 juin 2005 :

Mes impressions après 2 mois :

De mieux en mieux ! J'apprécie encore plus cet album que le mois dernier. Même les morceaux "moins bien" commencent à me plaire.

Avec cet album supplémentaire, Blondie devient vraiment encore plus indispensable à la partie rock (c'est-à-dire largement la plus importante) de ma discothèque.

Commenter cet article