T. Rex - Electric Warrior

Publié le par Fab de l'An Mil

T. Rex

Electric Warrior

(1971)

1. MAMBO SUN - 2. COSMIC DANCER - 3. JEEPSTER - 4. MONOLITH - 5. LEAN WOMAN BLUES - 6. GET IT ON - 7. PLANET QUEEN - 8. GIRL - 9. THE MOTIVATOR - 10. LIFE'S A GAS - 11. RIP OFF - Bonus tracks (work in progress) : 12. RIP OFF - 13. MAMBO SUN - 14. COSMIC DANCER - 15. MONOLITH - 16. GET IT ON - 17. PLANET QUEEN - 18. THE MOTIVATOR - 19. LIFE'S A GAS

Durée : 69'04

Prix / lieu d'achat : 6,99 € à la fnac

Dans la discotèque entre : SYSTEM OF A DOWN et TAÏ PHONG

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

J'ai souvent vu cet album cité dans les bouquins sur le rock ou les hors-série de magazine genre "Les 100 disques indispensables". Et à chaque fois je me sentais con, parce que je n'avais aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler la musique de T. Rex.

Je ne pratique pas habituellement le peer to peer. Non pas que je milite pour l'augmentation des revenus des artistes; ceux que j'écoute sont souvent morts; leurs héritiers n'ont qu'à bosser un peu pour gagner leur croûte! Non, c'est seulement que j'aime bien écouter la musique avec un bon son, et aussi avoir un produit complet avec livret, photos, paroles, dates, noms des musiciens, producteurs, studios... Mais le P2P, c'est quand même pratique quand on veut découvrir un artiste. C'est ce que j'ai pensé il y a quelques mois (voire années) de cela quand j'ai tapé "T. Rex" sur WinMX. J'ai téléchargé le morceau Get It On, et là je me suis exclamé intérieurement "Ah c'est ça, T. Rex!!". Comme c'était prévisible, je connaissais ce mégatube, mais je n'avais jamais mis un titre ni un interprête sur sa mélodie imparable.

Je trouvais ça pas mal, Get It On, alors je me suis dit que si l'occasion se présentait un jour de trouver Electric Warrior à un prix raisonnable, ça vaudrait peut-être le coup de s'y plonger un peu.

Vous l'avez deviné, l'occasion s'est présentée...

 

Mes impressions à la première écoute :

Avant d'ouvrir le boîtier, j'imaginais la musique de T. Rex comme quelque-chose de bien ancré dans son époque, de carré et sûrement assez mélodieux, le tout mené par un frontman, Marc Bolan, à la personnalité sans doute un peu envahissante.

Le premier morceau, Mambo Sun, me surprend totalement. Ça ne correspond à rien que je connaisse déjà de cette époque. Ça ne ressemble d'ailleurs pas à grand chose que je connaisse tout court. Sauf peut-être à ce que font certains nouveaux groupes d'aujourd'hui quand ils s'amusent à mélanger des styles différents sur un gros fond de new wave. Ben oui, je sais, la new wave c'était environ dix ans après Electric Warrior. C'est ça qu'est génial! Ce chant chuchoté sur une rythmique rigide mais dansante avec un soupçon de psychédélisme me fout la banane.

La suite du disque me ramène vite sur terre, Cosmic Dancer semble avoir été ôté de l'album Space Oddity de David Bowie. Le reste suit la même tendance, c'est pas désagréable du tout, mais ça ressemble toujours à quelque-chose de connu du début des 70s (Bowie, Lennon, Lou Reed...). Et Marc Bolan se montre plutôt discret dans ses efforts, peut-être trop, même.

Heureusement, le dernier morceau, Rip Off, vient sonner à mes oreilles avec un bonheur similaire à celui que j'ai éprouvé à l'écoute de Mambo Sun. Cette chanson a une originalité bien propre. Ça peut ressembler un peu du Pretty Things, mais avec une pointe de Stooges en plus, un saxo bien jazzy, et une section quasiment rappée : un savant mélange que ne renierait peut-être pas Beck ou un des nouveaux groupes de rocks actuels.

Au final, je pense avoir là un album de bonne facture, agréable à écouter, qui ne semble pas, mis à part pour Mambo Sun et Rip Off, justifier tout le foin qu'on a pu faire autour de lui.  

 

Ajouté le 6 mai 2006 :

Mes impressions après 1 mois :

Et bien si! Oh que si, il le justifie son foin, ce guerrier électrique.
Il ne m'a même pas fallu un mois entier pour le comprendre. Au bout de la troisième ou la quatrième écoute, le sort de cet album dans mon estime était fixé. J'avais certes pas tort sur les influnces et/ou les similutudes de T-Rex avec la musique de ses contemporains parmi les plus célébres, mais ici, chaque chanson présente une part de qualité de composition qui lui est malgré tout complètement propre.
De plus, si presque chaque morceau ressemble à quelque-chose d'autre, on ne trouve pas deux chansons jumelles sur ce disque. C'est varié, quoi. Et très régulier en qualité. Même si j'ai toujours une petite préférence pour Mambo Sun et Rip Off, qui sont les plus originales, j'ai vite appris à apprécier les nombreuses qualités des autres chansons.
Donc, je pourrais confirmer : Electric Warrior mérite bien sa place dans les anthologies du rock.

Pour finir, je voudrais préciser que je ne comprends plus trop l'analogie que j'avais développée entre Mambo Sun et la musique new wave. Bizarres, les effets d'une première écoute.

 

Ajouté le 1er juin 2006 :

Mes impressions après 2 mois :

Qu'ajouter de plus? Que je ne suis pas du tout lassé de cet album? Je n'en doutais pas une seconde, de toute façon.
Non, je n'ai pas grand chose à dire de plus que le mois dernier. Je peux juste confirmer que, même s'il n'a sabs doute pas révolutionné grand-chose à lui tout seul dans la musique pop-rock, cet album est un chef d'oeuvre.
Et mes chansons préférées sont toujours Mambo Sun et Rip Off.

Commenter cet article

Chtif 06/07/2006 11:56

Allez, j'y vais de mon petit vote: mon morceau préféré sur cet album est "Planet Queen", avec son rythme  traînant en intro, assez lascif, râââ...! 

Fab de l'An Mil 06/07/2006 18:49

Pourquoi pas. C'est vrai que c'est dur de se choisir un morceau préféré sur cet album.Moi, je préfère les plus remuants, sans doute parce que ce sont eux qui m'ont interpellé dès la première écoute. Mais mon avis changera peut-être d'ici quelques années.