Michel Polnareff - Michel Polnareff

Publié le par Fab de l'An Mil

Michel Polnareff

Michel Polnareff

(1974)

1. LA FILLE QUI RÊVE DE MOI - 2. LE PRINCE EN OTAGE - 3. ROSY - 4. LA VIE, LA VIE M'A QUITTÉ - 5. LA FILLE QUI RÊVE DE MOI (instrumental) - 6. LE GRAND CHAPITEAU - 7. IL EST GROS - 8. I LOVE YOU BECAUSE - 9. POLNAREVE (instrumental) - 10. TIBILI - 11. L'HOMME QUI PLEURAIT DES LARMES DE VERRE

Durée : 32'34

Prix / lieu d'achat : 4,99 € sur amazon.fr

Dans la discotèque entre : The POLICE et Iggy POP

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Ça remonte encore à l'enfance, l'album Bulles qui tournait en boucle sur la platine familiale. Les radios matraquaient les tubes L'Homme Prehisto et Radio (justement). Je kiffais vachement ces deux chansons. Pis ça a été l'ère Kama Sutra et compagnie, ça me plaisiat moins et j'ai un peu oublié Polnareff.

A l'adolescence, j'ai pris quelques cours de piano, et mon prof m'avait donné à travailler le morceau Lettre A France. Ma mère m'avait donc acheté, pour que je m'entraîne mieux, l'album Coucou Me Revoilou sur lequel figure ce tube. J'écoutais aussi le reste de l'album qui, s'il n'est pas du tout rock'n'roll, a quelques côtés agréables. Mais sans plus, quand même.

Et pis un jour, assez récemment, une offe commerciale alléchante m'a poussé à m'accaparer le CD Bulles. Et j'ai replongé avec un immense bonheur dans cette oeuvre. C'est là que j'ai vraiment pris conscience que Michel Polnareff est un mélodiste exceptionnel. Je me suis donc offert par la suite deux de ses premiers albums : Love Me Please Love Me et Le Bal Des Laze. Ces deux disques, remplis de tubes de grande qualité, m'ont amené à la conclusion  suivante que, à part Gainsbourg, Polnareff était le seul musicien pop français des sixties dont les compositions pouvaient soutenir la comparaison avec ce qui se faisait en Angleterre et aux USA à la même époque.

Dernièrement, alors que je ne savais pas trop quoi choisir pour mon album français du mois, j'ai cédé au modique prix proposé par amazon pour un album au titre étrangement éponyme (vue sa date de sortie) et que je n'avais jamais croisé dans les bacs des disquaires. Quelles (mauvaises ?) surprises pouvait bien me réserver ce produit?

 

Mes impressions à la première écoute :

Ça commence pas terrible, je trouve La Fille Qui Rêve De Moi bien fade. :-)

Mais ça s'améliore après, Le Prince En Otage et Rosy révèlent de géniales mélodies typiquement polnareviennes. Le reste de l'album est assez inégal, quelques traits de génie surnagent au-dessus d'un manque d'inspiration assez perceptible. Je trouve les textes un peu bâclés aussi. Mais l'ensemble n'est pas désagréable du tout, même si cet album ne contient aucune chanson que je connaisse déjà.

Mais je ne comprends pas pourquoi La Fille Qui Rêve De Moi existe en double en version instrumentale. Cette première écoute ne m'a pas permis de mettre évidence les qualités de cette chanson. Si toutefois elles existent...

 

Ajouté le 4 avril 2006 :

Mes impressions après 1 mois :

La Fille Qui Rêve De Moi n'a vraiment rien d'original. Ceci dit, sa mélodie me poursuit jusque dans mes nuits (cf La Chanson Du Matin). Je me dis donc qu'elle est tout de même bougrement efficace, mais je ne comprends encore vraiment pas pourquoi.

A part ça, je reste toujours à peu près conforme à mon premier avis. J'ai quand même, depuis, trouvé que Le Grand Chapiteau, avec sa musique de cirque destructurée et ses paroles pas assez travaillées pouvait se révéler horripilante à écouter. De même pour l'instrumental et égocentrique Polnarêve qui a très mal vieilli.

Heureusement que le génie naturel de Polnareff vient poser deci-delà des petits bouts de mélodies exquises pour sauver du néant cet album pondu dans un manque d'inspiration flagrant.

 

Ajouté le 5 mai 2006 :

Mes impressions après 2 mois :

Ben, j'ai pas grand chose de plus à dire que le mois dernier. J'avais déjà cerné le sujet.

Je pourrais néanmoins conclure par une petite méchanceté-qui-fait-du-bien-à-dire :
l'album de Polnareff le plus raté aura toujours plus de classe que la meilleure oeuvre de Pascal Obispo.
Haahhh!

Commenter cet article

athalide 17/11/2006 17:36

Bien de ton avis : l\\\'affiche était alléchante pourtant. Polnareff avec des arrangements de Vannier. Mais déception, de plus les paroles sont en effet catastrophiques et saccagent l\\\'album. Reste "Le prince en otage" à sauver et peut être "I love you because".
Pour moi le meilleur polnareff reste "Polnareff's" paru en 1971 depuis il n\\\'a pas fait mieux.
Pour une critique du disque :
http://kultura.over-blog.com/article-1964726.html

Fab de l'An Mil 17/11/2006 22:52

Heureux de savoir que je ne suis pas le seul à faire preuve de scepticisme quant à la qualité de ce disque.