Arctic Monkeys - Whatever People Say I Am, That's What I'm Not

Publié le par Fab de l'An Mil

Arctic Monkeys

Whatever People Say I Am, That's What I'm Not

(2006)

1. THE VIEW FROM THE AFTERNOON - 2. I BET YOU LOOK GOOD ON THE DANCEFLOOR - 3. FAKE TALES OF SAN FRANSISCO - 4. DANCING SHOES - 5. YOU PROBABLY COULDN'T SEE FOR THE LIGHTS BUT YOU WERE STARING STRAIGHT AT ME - 6. STILL TAKE YOU HOME - 7. RIOT VAN - 8. RED LIGHT INDICATES DOORS ARE SECURED - 9. MARDY BUM - 10. PERHAPS VAMPIRES IS A BIT STRONG BUT... - 11. WHEN THE SUN GOES DOWN - 12. FROM THE RITZ TO THE RUBBLE - 13. A CERTAIN ROMANCE

Durée : 41'02

Prix / lieu d'achat : 16,99 € à la fnac

Dans la discotèque entre : ANABASE et BAUHAUS

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

Dernièrement, pendant quelques semaines, voire quelques mois, j'ai eu une période "C'est Lenoir". J'avais pris l'habitude, pendant ma pose de midi, d'écouter sur internet cette très bonne émission de France inter qui est diffusée quotidiennement à 21h. Maintenant j'ai freiné un peu, parce que son côté "Inrocks" a tendance à m'énerver un chouïa. Enfin, là n'est pas le propos. Bernard Lenoir, qui est à l'affût des nouveaux talents, surtout outre-manche et outre-atlantique avait repéré les Arctic Monkeys depuis octobre ou novembre dernier, si ma mémoire est bonne. A cette époque le groupe avait percé sur la scène londonnienne et drainait, apparemment, un nombreux fan-club, sans avoir publié un seul disque. Phénomène rare. Quelques temps après est sorti le single I Bet You Look Good On The Dancefloor.

Ce qui est bien quand on écoute la radio sur internet, c'est que la play-list s'affiche à l'écran et que l'on peut donc savoir de manière sûre qui l'on écoute. Et, pour ma part, dès que j'entends quelque-chose qui m'accroche et que j'estime susceptible de mériter l'achat d'un disque, je le note sur un post-it qui se trouve dans mon porte-feuille et qui me sert d'aide-mémoire quand je suis en situation d'achat. Pour Arctic Monkeys, je n'ai rien noté à la première diffusion, mais quand, plus tard et à plusieurs resprises, j'ai été interpellé par I Bet You Look... sans la reconnaître, croyant à chaque fois entendre cette chanson pour la première fois, je me suis dit que l'acquisition du disque d'Arctic Monkeys s'imposait. J'ai donc patienté de longues semaines jusqu'à la sortie française de cet album. Et à en croire les commentateurs spécialisés, je n'étais pas le seul dans cet état d'impatience.

Aujourd'hui, Whatever People Say I Am... a envahi les bacs des disquaires et est représenté partout sur le net. Je dois me forcer pour éviter de lire des articles sur ce disque et être sûr de conserver ma liberté de jugement intacte.

   

Mes impressions à la première écoute :

Ces Singes de l'Arctique n'ont eu vraiment aucune pitié pour les blogueurs-copistes dont je fais parties en ignorant la concision dans le choix des titres de leurs morceaux.

Mise à part cette petite remarque sans intérêt, je dois dire que cette première écoute n'a pas été à la hauteur de mes espérances. I Bet You Look... m'a paru comme étant le meilleur morceau de l'album, et le reste des chansons à l'air calqué sur une formule globalement similaire. La musique d'Arctic Monkeys, qui m'avait paru si percutante en radio est finalement en plein dans la grande mouvance actuelle du "nouveau rock anglais". Ça ressemble quand même pas mal à du Franz Ferdinand. Certes en plus rythmé. Et avec un son plus brut et des mélodies moins consensuelles, c'est vrai, mais c'est la comparaison qui m'est naturellement venue à l'esprit.

Bon, il faut bien se rappeler que j'émets ce jugement après une seule et première écoute. Peut-être que I Bet You Look Good On The Dancefloor m'a paru meilleure parce que je la connais mieux que les autres. De plus, le fait que cette chanson ne m'aie pas marqué tout de suite lors de ses premiers passages radio semble confirmer que la musique des Arctic Monkeys ne soit pas d'un abord immédiat. J'espère donc qu'à l'issue du premier prochain mois, mon avis sur cet album sera plus enthousiaste.

 

Ajouté le 4 avril 2006 :

Mes impressions après 1 mois :

Ben non. C'est pas tellement mieux. Je reste un peu déçu par cet album, même si il est loin d'êter désagréable à écouter. Mais je dois avouer que je m'attendais quand même à quelque-chose de plus original.

Il ne me reste plus qu'un petit mois pour espérer avoir la chance de pouvoir m'extasier un peu sur ce Whatever People...

Ajouté le 4 mai 2006 :

Mes impressions après 2 mois :

Ce deuxième mois n'était pas de trop. Mon estime pour Whatever People... a remonté significativement. Du moins, pour la première partie de l'album, jusqu'à Riot Van. A partir de ce morceau, je trouve le groupe moins inspiré et beaucoup moins énergique qu'au début du disque.
Sans avoir plus d'information sur le sujet, j'émets l'hypothèse suivante pour expliquer ce phénomène. Arctic Monkeys est un "self-made band" (si je peux m'exprimer ainsi) qui s'est taillé une réputation à coups de concerts et par le bouche-à-oreille. Et, évidemment, devant leur immense et fulgurant succès local, la logique a voulu qu'ils sortent un album. Seulement voilà, moi je dis qu'il faut du temps à un jeune groupe pour écrire treize chansons, et je suppute que les AM ne les avaient pas toutes en stock uand ils ont signé leur contrat. Alors, comme nous sommes dans l'ère des profits immédiats, ils ont dû se hâter de composer les morceaux qui leur manquaient, afin de sortir le disque et d'empocher les ronds le plus vite possible. Et donc, bien sûr, ces morceaux-là ont été bâclés. Suite à cela, il fallait quand même vendre le disque. C'est là que les techniques de marketing parlent : pour vendre l'album d'un inconnu, il n'y a pas trop d'autre choix que de faire écouter sa musique au client potentiel. Du coup, l'éditeur a tout intérêt à placer les morceaux les plus accrocheurs en début de disque afin de convaincre rapidement l'acheteur. 
J'aurais pu être plus rapide pour dire ça, mais c'est donc ainsi que je m'explique que les meilleurs morceaux de Whatever People Say I Am, That's What I'm Not, qui sont quand même des gros tubes en puissance,  se situent sur les plages 1 à 6. 

Commenter cet article

Alex la baronne 11/07/2006 10:30

Salut,
C'est bizarre, cette critique exprime parfaitement mon sentiment par rapport à cet album : au début un peu pénible puis de plus en plus agréable... Pour la première partie. Après, il est vrai qu'en dehors de l'explosif "When the sun goes dowm", il ne reste plus grand chose.
A part cela, je suis allée voir le groupe aux eurocks la semaine dernière et ils savent vraiment mettre de l'ambiance, c'est le moins qu'on puisse dire !
Allez, un petit peu de pub personnelle : si tu veux voir ma chronique sur ce disque ainsi que mon récit mouvementé sur le concert des Monkeys voici mon blog : http://classeoucrasse.over-blog.com/
Bonne continuation !

Chtif 06/07/2006 23:00

Vu les petits jeunôts en concert le week-end dernier: c'est sympathique, remuant, et le plus important, pas professionnel pour un sou, ce qui fait du bien entre deux énormissimes shows de rock stars. ça ne joue pas parfaitement (la basse surtout qui manque de feeling, mais ils sont en train de se former, c'est normal), il y a des bons moments de flottement pendant lesquels  ils se cherchent un peu, mais dans l'ensemble ils assurent sans arrogance mal venue, et leurs morceaux passent comme une lettre à la poste. Ca fait très Undertones ou Jam dans l'esprit.Sinon, tu disais qu'après la 6, ça se relâchait sur l'album, moi je rajouterais bien la 11: "when the sun goes down", j'aime bien son riff de guitare pêchu qui arrive une minute après l'intro.Bye!

Fab de l'An Mil 07/07/2006 23:51

Merci pour ces témoignages et avis constructifs.Les Arctic Monkeys, j'aimerais bien les voir en concert dans une salle pas trop grande : je subodre que ça doit être le genre de situation dans lequel ils s'expriment le mieux.