Brigitte Fontaine - Libido

Publié le par Fab de l'An Mil

Brigitte Fontaine

undefined

Libido

(2006)

1. CHÂTEAU INTÉRIEUR - 2. LA METRO - 3. CUL BÉNI - 4. ELVIRE - 5. LA NACRE ET LE PORPHYRE - 6. BARBE A PAPA - 7. MENDELSSOHN - 8. LES BABAS - 9. EX PARADIS - 10. LA VIANDE - 11. MISTER MYSTÈRE - 12. NOCES

Durée : 43'37

Prix / lieu d'achat : 16,13 € sur alapage.fr

Dans la discotèque entre : The EVERLY BROTHERS et Aretha FRANKLIN

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

undefinedundefined

Merci de vous reporter à la chronique de l'album Les Palaces

C'est dernièrement seulement que j'ai eu vent de l'existence de cet album sorti fin 2006. Je l'ai acheté quand même, ne voulant pas lacher l'artiste dans son évolution, bien que je me rende aujourd'hui compte que j'ai raté Saint Louis En L'Ile en 2004, mais bon tant pis.
Mais comme Libido a finalement été très peu relayé, du moins pas au point d'arriver jusqu'à moi avant dernièrement, je m'attends à peut-être entendre quelque-chose de médiocre.
On va bien voir.

 

Pochettes, livrets, packaging... :

Dans le digipack au graphisme composite et aux tonalités noire et rose, très tendance ces derniers mois, siège une petite BD fort sympa qui, fonction de livret, intègre sur 20 pages les textes des chansons. Cette démarche me fait beaucoup penser au dernier album de Renaud, d'autant plus que BF, dans les dessins, est aussi représentée largement à son avantage physiquement. On aurait du mal à croire que cette vamp de 30 à 40ans maxi, légèrement vêtue, soit en fait l'image d'une mémère qui bientôt tape les 70 piges. Apparemment ce serait Brigitte qui aurait copié sur le Titi; Rouge-Sang étant sorti le 02/10/06 et libido le 30/10/06. Enfin, ça tient à peu de choses. On va dire que les créatifs graphistes des deux écuries, Polydor et EMI, ont eu la même idée en même temps...

 

Mes impressions à la première écoute :

Très vite, je comprends une raison pour laquelle je n'ai pas entendu plus parlé de ce disque : il porte bien son titre, est assez branché cul, en fait. Enfin, c'est pas les chansons éroticoquines de Pierre Perret, non plus. Non, c'est bien plus subtil que ça. L'album Libido parle globalement d'amour, mais en laissant au sexe et aux plaisirs des sens la place qu'ils tiennent réellement dans une relation et dans nos vies en général, c'est-à-dire bien plus importante que ce que l'historique morale judéo-chrétienne ambiante nous autorise encore à laisser transparaître.
Ainsi, Château Intérieur, en préambule, prend presque dix minutes pour nous éveiller tous les sens; La Nacre Et Le Porphyre résonne de la même façon en nous vantant les bienfaits de l'amouir dans le luxe; Barbe A Papa, ouvre une fenêtre sur le sado-masochisme, et Mendelssohn narre les plaisirs que peut apporter la nourriture dans les ébats.
Mais attention, qu'on en se méprenne pas. On n'a pas ici à faire à de la musique de lupanar pour jouisseurs lubriques ou pour névrosés sexuels profonds. Non, le côté pile du sujet est aussi abordé : Ex Paradis ressemble fort à une chanson de rupture, et Les Babas nous rappelle que la libération sexuelle des sixties n'a pas signifié celle de la femme qui a toujours continué à préparer la bouffe (et les bédos) à son bonhomme et à lui rapprécier les fringues.
Et puis tout ceci est fait avec la patte "Brigitte Fontaine". Même si les mots utilisés sont crus (Cul Béni), ils ne sont jamais grossiers. Grâce à la voix si particulière de BF? Sans doute. Et grâce aussi à l'alchimie qu'elle produit avec ses orchestrations bien léchées (ben oui!), comme d'habitude.

Comme d'habitude, oui, Fontaine a une nouvelle fois réussi à bien s'entourer pour l'arrangement de ses morceaux. Outre le toujours fidèle Areski Belkacem qui signe évidemment la majorité des compositions, on peut également entendre sur Libido les créations de M sur Mister Mytère et celles du fameux Jean-Jacques Vannier sur Barbe A Papa et sur Mendelssohn. Cette dernière fait d'ailleurs fortement références aux orchestrations de L'Histoire De Melody Nelson, oeuvre de JJV, tant dans la musique elle-même que, carrément, dans les textes de la chanson. En effet, Brigitte entame le morceau par "J'écoutais Melody Nelson du très regretté Mendelssohn...".  D'autre part,  les choeurs de Mister Mystère me rappellent fortement Gainsbourg, aussi. Il est vraiment devenu indispensable, le Serge, aux chanteutrs français, dis-donc. Ça c'était pour les anecdotes qui frappent à la première écoute.

Alors, constatant l'ambition de la thématique de l'album, subodorant des textes à la hauteur du challenge posés sur des arrangements d'une qualité apparemment supérieure, et même s'il me reste à trouver des fondations pour ces impressions, je ne vois pas pourquoi ce disque ne fonctionnerait pas.

 

Ajouté le 11 mars 2008 :
Mes impressions après 5 écoutes :
C'est à petits pas que je continue l'inventaire des pîèces de ce château (intérieur?) qu'est Libido. Cinq écoutes ont été tout juste suffisantes pour me faire mémoriser la déco de chacune d'elles. Ainsi, ce n'est que dernièrement que j'ai pris conscience des scènes d'amours saphiques qui ornaient les murs de la chambre Elvire.
Il me faut maintenant pénétrer plus avant tous les aspects musicaux de l'oeuvre, et tacher d'identifier formellement ce qui semble coordonner les différentes chansons pour former (et oui) ce qu'on pourrait appeler un album conceptuel (ben ouais).


Ajouté le 17 avril 2008 :

Mes dernières impressions après 18 écoutes :

Pas si évident que ça, cette histoire. On pourrait facilement croire, qu'à l'orée de l'automne de sa vie Brigitte Fontaine ait voulu faire un point sur sa vie amoureuse et sexuelle. Ainsi il eut été aisé de penser que Château Intérieur fut un résumé de la vie de sa propriétaire, et dont les différentes pièces seraient des allégories représentant les étapes-clés de l'évolution sexuelle de cette dernière. Malheureusement (ou heureusement), ce n'est pas si simple; quand on croit avoir entre les oreilles des indices sûrs du dessein de BF, la strophe suivante nous remet aussitôt dans le doute. Mêlant vocabulaire rare et imagination loufoque en apparence, Brigitte sait en plus, aux moments les plus opportuns romprre avec tout rationnalisme pour mieux nous plonger dans la perplexité. Impossible ainsi de savoir si "Comme dans un film de La Métro" nous compte les premiers émois d'une toute jeune fille à une époque où le cinéma hollywoodien était le seul fournisseur d'une certaine sensualité un minimum subversive. Mais une allusion à la pornographie ("Quelques Tarzans dénaturés jettent leurs cigares allumés pour mieux explorer le point G des petites Jane olé olé") nous ouvre une fenêtre sur un monde parallèle spatio-temporel plus moderne
Suite à cela, Cul Béni, au texte plus clair et très fleuri semble nous parler de quelque bigotte résolument pucelle et désirant le rester tant qu'un homme d'Église ne s'attellera à la tache de sa defloration. On voit mal le côté autobiographique dans ce cas (quoique je me rends compte à l'instant que je ne connais pas la bio de BF).
Elvire, quant à elle est une jeune adolescente, apparemment déjà rompue aux finesses des amours saphiques. Quelques allusions incertaines ici encore "Nous avons pris d'assaut son château intérieur" (qui ça, "nous"?) et de nombreux euphémismes pour décrire les contacts cliniques des pratiques cunilingues. "Château d'eau, coulis, ruisseau", "jeux aquatiques", "lèche les fruits rouges de ses amantes"... Et "glace au coco" c'est plus élégant que le sempiternel "Tarte aux poils", c'est sûr.
Si d'autres double-sens sont présents dans (je t'aime dans) La Nacre Et Le Porphyre, alors je n'ai rien compris. Et je pense qu'il y en a un paquet, car les paroles de cette chanson apparaissent comme une suite de mots savants et de vers sans liens. Ce ne peut pas être juste du non-sens, pourtant. Comprends pas...
Même genre de sentiments pour Barbe A Papa, malgré la lisibilité de son contexte de soumission et de masochisme.
Plutôt opaques aussi, les textes de Mendelssohn. Ça semble parler d'échec de relation avec la religion ou la spiritualité (encore! l'aura pas été refusée au couvent, Brigitte, des fois?) et de consolation dans les joies de la gastronomie pâtissière. Le tout parmi quelques allusions à la masturbation, on dirait. Étrange...
Bizarre aussi, cette nature morte à La Viande, qui pourrait être la source d'allégories phalliques mais qui, ici, se contente visiblement de se faire tirer le portrait au premier degré. Cette chanson serait un hors sujet, alors?
Toujours est-il que, pour finir , viennent s'ajouter à cet imbroglio un Mister Mystère évidemment énigmatique et qui se trimbale en prime des faux-airs de Pervers Pépère en imper, et des Noces annonçant un avenir confus mais qui louent aussi le retour de la Liberté. A la fin, vous refermez votre ouvrage sur un grand point d'interrogation quant à vos capacités intellectuelles (enfin les miennes pour le coup; je n'aurais pas l'outrecuidance de vous traiter d'abrutis) mais avec tout de même l'impression d'avoir retenu quelque-chose, sans toutefois savoir quoi. Drôle de truc.

En tout cas, musicalement, je dois dire que, pour un disque de variété, la facture de cet album est assez remarquable. Ne racollant jamais son auditeur, il reste très intègre, poussant même la dignité esthétique jusqu'à l'ennui à quelques (rares) reprises. Tapant très souvent dans le classique à base de cordes frottées et frappées il sait, aux bons moments, se tourner vers des ambiances plus rock qui dynamisent l'ensemble de manière fort agréable. On saluera, dans cette catégorie, les prouesses de l'éterenel Belkacem sur Cul Béni, et celles de Jean-Claude Vannier et M sur respectivement Barbe A Papa et Mister Mystère.
   
Au final, sans être un chef d'oeuvre, Libido est à mon avis une oeuvre ambitieuse qui a su relever ses défis mais s'est juste heurtée, aux portes du succès, aux toujours très vivaces reliquats de morale chrétienne qui, de manière transparente, continuent souvent à notre insu à gouverner notre société.
 

Les deux morceaux qui m'ont le plus marqué :
Difficile de faire un choix. Plusieurs morceaux étant à mon avis exceptionnels sur ce disque. Mais de toute façon, Deezer ne connait de Brigitte que l'album Kékéland, on dirait. Alors, je peux en mettre plus.
J'aurais retenu Cul Béni pour son rock bien fondé et l'étonnante crudité de ses mots, Barbe A Papa pour la performance de Vannier, Mister Mystère pour celle de M, et La Viande pour sa description claire, directe, réaliste et osée.
 

Le coin du synesthète :
 

 

Commenter cet article

Oliv 25/07/2008 11:56

Je connais très peu Brigitte Fontaine ... et je suis sure qu'elle meriterais que je m'interresse un peu plus à sa discographie. Mais en fait, elle m'a toujours faire quand je la voyais en interview.

Fab de l'An Mil 28/07/2008 22:30


Oui, en interview elle est un peu pénible (quoique souvent drôle néanmoins), mais elle en rajoute dans le registre "fofolle" pour faire chier les animateurs et aussi
sans doute cacher son malaise. Son truc à elle c'est la musique, et je pense que tu peux y aller les yeux fermés.


G.T. 23/02/2008 19:20

Salut Fab,Chouette article... même si j'ai toujours un problème avec Brigitte Fontaine, que je ne m'explique pas... d'un côté, je la trouve plutôt marrante, de l'autre, elle m'agace un peu...Plus intéressante que la plupart des choses qu'on entend en France, mais ne suis toujours pas vraiment convaincu... ou peut-être, tout bêtement, que sa musique, même si je ne déteste pas, c'est pas trop mon truc... c'est sûrement ça... en fait, suffisait juste que j'y réfléchisse 2 secondes :-)

Fab de l'An Mil 24/02/2008 21:25

Salut, G.T., merci pour ton compliment.Merci aussi de te dévouer pour laisser un comm' sur cet article  ;-)J'ai longtemps eu la même attitude que toi vis-à-vis de BF. Je la trouvais marrante car chiante, mais quand même chiante. Chiante genre pas maîtrisable, tu vois : tu la crois dans ton camp, jusqu'à ce que, en un tournemain, elle t'envoie une vanne dans les dents ou te tourne le dos par pur egocentrisme. Tu vois le genre de copine?Mais en fait, depuis que je me suis réellement mis à l'écouter attentivement, ça va. Je suis entré sans trop de mal dans son univers. Je parlerais plus d'univers que de musique pour BF. Car sa musique seule n'est pas, à mon avis, ce qui fait l'identité artistique de Brigitte Fontaine.Son oeuvre (ou du moins ce que j'en connais) c'est quoi? Ce n'est ni plus ni moins que de la chanson française, de la variété. C'est-à-dire que le musique est principalement là pour accompagner des textes. Mais quels textes! La musique, de variété au sens primaire du mot, mange un peu à tous les rateliers stylistiques, mais ne fait jamais de concession simplificatrice dans un quelconque but commercial. Chaque style musical abordé l'est dans son intégrité.C'est pour tout cela, qu'à mon avis, Brigitte Fontaine chante de la chanson de variété, certes, mais de très très haut niveau.