Black Sabbath - Black Sabbath

Publié le par Fab de

Black Sabbath
Black Sabbath
(1970)
1. BLACK SABBATH – 2. THE WIZARD – 3. BEHIND THE WALL OF SLEEP – 4. N.I.B. – 5. EVIL WOMAN – 6. SLEEPING VILLAGE – 7. THE WARNING – 8. WICKED WORLD
Durée : 42’57
Prix/lieu d'achat : dans les 12€ à Rennes Musique
Dans la discothèque entre : Frank BLACK et BLIND GUARDIAN
 
Mes antécédents concernant l'artiste :
Black Sabbath, ça faisait longtemps que j’en avais entendu parler, et un jour, j’ai saisi une occasion, et je me suis emparé de l’album Headless Cross (sorti en 1989). Seulement, ce que je ne savais pas alors, c’est qu’il existait plusieurs périodes, inégales, dans la carrière de ce groupe.
Vous l’avez compris, j’ai été déçu par Headless Cross. Et c’est rare que je sois déçu par un disque de hard rock. Tellement c’est un style qui me colle au corps, j’arrive toujours à dégager quelque-chose d’intéressant d’une œuvre de ce style, fut elle un peu moyenne. Mais là c’était affligeant de manque de créativité, manque d’énergie, manque de motivation, que ça m’a laissé dans l’incompréhension pendant de longues années : pourquoi on a fait tout un foin autour d’un groupe comme ça ?
J’ai compris le jour où j’ai mis dan ma platine un exemplaire de Sabotage (album de 1975). J’ai mesuré alors combien Black Sabbath avait été indispensable dans l’histoire du heavy metal, et même dans celle du rock en général. Et j’ai réalisé encore plus, en écoutant Master Of Reality (1971) que le groupe n’avait rien à envier à Deep Purple ni à Led Zeppelin, deux autres formations de la même époque qui ont connu peut-être un plus grand succès commercial parce qu’elles n’avaient pas à traîner cette image de groupe satanique, adepte de sorcellerie, etc… C’est peut-être pas vrai, mais c’est du moins l’idée que je me faisais de l’aura de Black Sabbath.
Voilà, j’en étais là avant qu’une occasion promotionnelle me larronne à nouveau au détour d’un bac de disquaire.
 
Mes impressions à la première écoute :
Dès l’éponyme-de-chez-éponyme-parmi-l’éponyme* premier morceau, j’ai su que je tenais entre les oreilles un des albums qui a permis de faire le lien entre blues et heavy metal. Les rythmiques pesantes exécutées sur un tempo pas trop rapide rendent l’atmosphère pesante du début à la fin du disque. Mais c’est un compliment ; ça serait comme dire que j’ai eu bien peur en regardant un film d’horreur, c’est fait pour ça. Mais en vrai, j’aime pas trop les films d’horreur. Mais j’aime déjà bien beaucoup ce Black Sabbath, parce qu’aussi les solos ils sont bien à les écouter comme des bons solos de hard-rock.
Et je confirme ma précédente impression : ce groupe était bien du niveau de Led Zeppelin ou Deep Purple.
 
*je sais, ça veut rien dire, mais ça me fait plaisir d’écrire ça, alors vu que je fais qu’est-ce que je veux sur MON blog, ce serait dommage que je me prive.
 
Ajouté le 30 janvier 2006 :
Mes impressions après 1 mois :
Oui, ceci est peut-être bien LE disque fondateur du heavy metal tel qu'on a pu le connaître par la suite, et jusqu'à aujourd'hui en quantités industrielles. Mais la marque de son ancienneté perce toutefois au travers de la musique qu'il diffuse. Le propre du metal est de tenter de remplir au maximum l'espace sonore; on joue le plus de notes possible en une seconde pour éviter les silences et, quand on doit jouer plus lentement, alors on joue fort. Et souvent même, on joue vite et fort. Sur ce Black Sabbath, les musiciens pouvaient encore se payer le luxe, vu que les codes du style qu'ils étaient en train de créer n'étaient pas encore complétement établis (évidemment), de faire traîner une intro, de laisser jouer un seul intrument pendant plusieurs mesures, et d'autres trucs "raffinés" du genre. Je dis pas que c'est pas bien, je dis que ça ancre cette oeuvre dans son époque. C'est tout.
 
Ajouté le 2 mars 2006 :
Mes impressions après 2 mois :
Ce deuxième mois n'a pas suffit à me lasser de Black Sabbath, bien au contraire. J'apprécie grandement cet album, en particulier pour sa régularité. Tous les morceaux, bien que bien différenciés, sont d'une qualité à peu près égale et d'une originalité certaine.
J'ai quand même un petit faible pour The Warning, ce morceau-fleuve dont le solo de guitare me scotche grave. Et pourquoi il me scotche? 1. parce que c'est un vrai solo, qu'aucun autre instrument n'accompagne la guitare et qu'elle parvient tout de même à remplir l'espace sonore; 2. c'est un solo long mais pas ennuyeux; 3. la virtuosité de Tony Iommi garde un côté humain. Je m'explique : largement supérieur aux solos qui se faisaient encore dix ans auparavant dans le rock'n'roll, son jeu de guitare n'atteint pas encore les sommets techniques que pourrait tutoyer un Eddy Van Halen, par exemple, dix ans plus tard, mais les solos de Tony restent fredonnables et mémorisables. Belle prouesse, chapeau l'artiste !

Commenter cet article

Grisé 29/07/2008 00:14

C'est marrant mais j'ai le même problème que toi avec The First Born... de Cave dont je me suis d'ailleurs débarrassé, alors que j'aime énormément des albums comme Murder Ballads et No More Shall We Part (j'ai eu la chance d'assister au concert lyonnais de 2001).    

Fab de l'An Mil 30/07/2008 12:57


On va donc être d'accord pour dire que c'est une demie-merde cet album?


Grisé 26/07/2008 09:13

Amusant de constater à quel point ce fabuleux premier opus de Black Sabbath fait aujourd'hui l'unanimité alors qu'il se fit littéralement descendre en flammes par la critique lors de sa parution. A part ça, il est clair que découvrir ce groupe génial par l'intermédiaire du terne Headless Cross de 1989 n'était pas l'idée du siècle... Cela dit, Headless Cross a aussi ses défenseurs (certains sont même assez virulents...).  

Fab de l'An Mil 28/07/2008 22:59


Oui, il vaut toujours mieux se renseigner un peu sur les discographies des gens avant de les aborder. Par exemple, je n'ai, et ce depuis plusieurs années, qu'un album
de Nick Cave, parce que cet album c'est The First Born Is Dead 'Tupelo" qui m'a bien calmé. Et aujourd'hui, grâce à mes amis et aux blogs du Monde Du Rock, je commence à me rendre compte qu'il
serait temps de franchir le pas d'une deuxième acquisition.


JérÎme 17/01/2006 23:59

Je suis bien de ton avis. Cet album ("Black Sabbath") date de 1970 pose effectivement les base du Hard Rock. Et c'est plutôt à ce groupe que j'attribue la genèse du Hard Rock (excuse le terme biblique pas très approprié ici...) et non à Led Zep ou Depp Purple comme l'affirment de nombreux médias.
Voilà c'est mon avis, et ainsi Deep Purple et Led Zep sont classés chez moi, dans le meuble à CD dédié au Rock alors que BS est bien dans la colonne HR/Métal.

Fab de l'An Mil 22/01/2006 21:50



Je vois qu'on est d'ac et ça ne m'étonne pas. Cool.


Si j'avais le même principe de classement que toi et tous les disquaires, je mettrais quand même Deep Purple dans le rayon hard. Parce quand même. Rien que Smoke On
The Water, déjà... Mais je conçois que ça soit discutable.


En tout cas, j'y mettrais pas Led Zeppelin, ils ont fait trop de chansons molles un peu chiantes. ;-)