Peter Gabriel - "2"

Publié le par Fab de l'An Mil

Peter Gabriel

_2.jpg

"2"

(1978)

1. ON THE AIR - 2. D.I.Y. - 3. MOTHER OF VIOLENCE - 4. A WONDERFUL DAY INA ONE-WAY WORLD - 5. WHITE SHADOW - 6. INDIGO - 7. ANIMAL MAGIC - 8. EXPOSURE - 9. FLOTSAM AND JETSAM - 10. PERSPECTIVE - 11. HOME SWEET HOME -

Durée : 42'24

Prix / lieu d'achat : 8,49€ sur amazon.fr 

Dans la discotèque entre : FRÉHEL et Serge GAINSBOURG

 

Mes antécédents concernant l'artiste :

_1.jpg

Cet album-là (le 2) il est dans la discothèque de mes chers parents. Je l'avais déjà écouté quelques fois, il y a maintenant un certain nombre d'années et j'en avais gardé un souvenir plaisant bien que flou.
C'est pourquoi j'ai, bien plus récemment, curieux que j'étais de la carrière solo de Peter Gabriel, et toujours soucieux dans ma psychorigidité de faire les choses dans un certain ordre, fait l'acquisition de la version CD du premier opus de PG, sommairement baptisé "1" par l'éditeur.
J'avais été plutôt époustouflé par la qualité de cet album, qui sait mêler imagination et éclectisme, énergie et maîtrise technique. A tel point que j'ai voulu poursuivre l'aventure gabrielesque en suivant une logique chronopareille et en me replongeant dans ce fameux second opus de PG, sommairement baptisé "2" par l'éditeur.

 

Pochettes, livrets, packaging... :

Bon, on va pas chipoter, je pense qu'on est tous d'accord, cette pochette est probablement l'une des meilleures de l'Histoire du rock'n'roll au monde de l'univers de ce que je connais.
Ben ouais quoi, cet effet visuel du mec qui arrive à déchirer le papier de la photo sur laquelle il se trouve, tout en donnant une somptueuse vie à l'image, entraine le spectateur vers un jeu surréaliste délicieux qui lui fait aussi s'interroger sur l'état psychique du sujet au moment de la création de son oeuvre musicale.
Il doit exister probablement des gens pour démolir avec force arguments ce genre de travail pictural mais moi, franchement, je ne peux pas m'empêcher de me mettre à genoux devant cette pochette (surtout dans sa version vinyl, évidemment).

  

Mes impressions à la première écoute :

C'est encore imprégné de la créativité du "1" que je découvre, non sans quelque déception, ce "2".
En effet, si, dans la lignée du premier album, les compositions empruntent leurs couleurs à une palettes de styles très variés, leurs teintes restent bien fades. 
Sans doute handicapé par des sons de synthés vachement trop 80s (en avance sur leur temps certes, mais néanmoins exécrables aujourd'hui), cet album ne m'a dévoilé aucune part de génie flagrant. 
De plus, certains morceaux semblent ne pas cacher leurs influences, et cela me déçoit un peu chez Peter Gabriel. Ainsi, les orchestrations au second degré du très rock Perspective me font penser à Bowie, et les ballades au piano Flotsam And Jetsam et Home Sweet Home évoquent les instants les plus mielleux de l'oeuvre de John Lennon. Même si ces références sont on-ne-peut-plus honorables, j'aime personnellement à retrouver chez les artistes de grande envergure une créativité qui leur soit propre. Je sais, c'est cruel, mais c'est ainsi.
Mais finalement, je n'ai pour l'instant aucune crainte quant à ce "2"; je mets cette légère déception sur le compte de la très-souvent-peu-signifiante première écoute, et espère encore, dans un proche avenir, pouvoir vibrer au son de cet album.

Ajouté le 3 janvier 2008 :
Mes impressions après 1 mois :

En fait, ma premiètre impression n'était pas si mauvaise, je pense. Cet album a un réel problème. Et je crois l'avoir identifié, ce problème, il s'appelle "professionnalisme".

Déjà musicien de grande expéreinece en 1978, Peter Gabriel sait sans doute parfaitement comment pondre un album. Même si il faut toujours forcément un minimum d'imagination pour élaborer une oeuvre d'art, je pense que PG a dû trouver une procédure des plus terriennes à appliquer à son processus créatif. Ainsi, les mélodies sont parfaites, les accompagnements quasi(putain de synthés!)-idéaux , les styles variés et colorés, mais le tout manque bizarrement singulièrement d'intérêt.
Voilà, le lièvre est levé, la qualité d' une oeuvre musicale ne se mesure pas à sa simple technicité (et là, je crois que je vais faire plaisir à G.T.). Si son auteur et ses interprètes l'exécutent mécaniquement ou par simple nécessité matérielle et oublient d'y laisser transparaître leurs émotions, d'en faire le véhicule de leur rage, de leur tristesse, de leur joie ou tout simplement de leur trop-plein d'énergie, alors cette oeuvre n'en n'est pas une et se contente alors d'être un simple produit.
J'ai peur que ce soit le cas de ce PG2.
Pour illustrer mon propos, un exemple pédagogique me vient à l'esprit. Surtout destiné aux amateurs d'automobile. Oubliez la Peugeot 407: avec son profil de charentaise et sa gueule édentée, elle est trop moche. Mais prenez la précédente Peugeot 406. La version de base, indifférente à l'oeil, était sans doute une voiture agréable à conduire, confortable et fiable, dotée d'une belle mécanique permettant au conducteur de "se faire plaisir" de temps à autre. Prenez maintenant la version coupée, carrossée par Pininfarina et là, vos yeux voient tout de suite autre chose qu'un objet mécanique bien huilé fait avant tout pour ne pas déplaire. Avec Pininfarina, les lignes fluides et tendues de l'objet-voiture lui donnent vie en appelant la métaphore chez l'observateur-commentateur : on va alors parler de félinité, peut-être de féminité, d' élégance, d'évocation de la vitesse (le mouvement immobile), etc.
Voilà, j'ai donc peur que ce deuxième opus solo de Peter gabriel soit juste une bonne vieille berline familiale conduite par un pilote de F1 en vacances.
  
Ajouté le 29 janvier 2008 :
Mes impressions après 2 mois :
A la relecture, ma métaphore mécanique me parait largement capillo-tractée, mais reflète toujours aujourd'hui une réalité certaine. Je n'arrive pas à vibrer au son de ce PG2 et je m'étonne encore de ne pas comprendre pourquoi. En analysant la composition de ces morceaux, je perçois qu'ils ont été conçus avec une indéniable maîtrise de la technique artistique, mais qu'ils manquent cruellement d'un je-ne-sais-quoi d' humain. De ce qu'on appelle le groove, peut-être...
 
Les deux morceaux qui m'ont le plus marqué :
...à tel point que j'ai du mal à choisir deux pièces remarquables parmi cette oeuvre, même pour une quelconque médiocrité, car aucune chanson de cet album n'est réellement mauvaise non plus.
Sans grande motivation, je vais tout de même tenter de retenir Perspective et  Home Sweet Home pour ses soli de saxo, dûs à Timmy Capello, et selon moi seuls susceptibles de dégager un tant soit peu d'humanité de ce PG2.

free music
 
free music
  
  

Le coin du synesthète :
  
undefined

Commenter cet article

jpweb 09/10/2007 14:26

Je sais que parmis les fans, cet album a ses ardents défenseurs. Ce n'est pas mon cas. Et franchement, je ne pense pas que ce soit un bon album pour commencer à découvrir PG... meme si tu connais déjà le 1. Je trouve qu'il n'y a rien à quoi se raccrocher dans ce disque : ni ouvertement référentiel, ni vraiment novateur.Je conseille fortement le PG3 et surtout PG4, deux albums puissants et inventifs, ou PG a su défninir son "son"... et ou Phil Collins a trouvé son son de batterie, celui ou il vire carrément les cymbales et qui du coup ne fait plus d'accentuation sur les temps forts.So est le carton planetaire de PG, un disque axé plus grand public mais dans lequel PG ne fait aucune concession quant à son exigence d'écriture.Personnellement, j'adore la BO de lLa derniere tentation du christ (l'album s'appelle Passion). C'est quasi instrumental car Peter ne fait que des vocalises, et c'est d'une beauté à pleurer. Un melange magnifique de synthés et d'instruments traditionnels, avec des percussions qui prennent aux tripes.Et dans le genre, le dernier album en date est d'une perfection... presque too much.

Fab de l'An Mil 09/10/2007 21:52

Tu vois, du peu que j'ai écouté, j'ai tendance à tirer un peu les mêmes conclusions que toi de cet album, mais mon opinion semble évoluer vers le positif un peu plus à chaque écoute. Du coup, je ne sais pas ce que l'avenir me réserve vis à vis de ce "2".   ;-)En tout cas, il n' éteint pas mon envie d'en découvrir plus de PG.Mon père a beaucoup écouté So à sa sortie (j'étais encore bien jeune). A part le certes séduisant mais trop entendu Don't Give Up, je n'en ai pas retenu grand chose.Il faudrait peut-être que je le réessaie à la lumière de ma maturité actuelle... 

G.T. 01/10/2007 19:20

Comme les 3 précédents... je vais moi aussi laisser un "non-commentaire" et dire... que je ne connais pas grand chose à la carrière solo de Peter Gabriel, donc je t'écris pour te dire dire que je n'ai rien à dire sur le sujet :-) 

Fab de l'An Mil 01/10/2007 21:15

Ben tu vois, en rédigeant cet article, je me disais bien que mes lecteurs habituels n'auraient sans doute pas grands commentaires à faire. Cependant, je suis vachement content de constater que vous siasissez la balle au bond pour laisser un petit bonjour. C'est très touchant. Et si l'exercice vous plait, il y a un blog qui y est entièrement consacré : C'est Pas Parce Qu' On A Rien A Dire... ;-)

Philippe 01/10/2007 15:06

Je ne connais pas trop bien la discographie solo de l'ex chanteur de Genesis, à l'exception d'un "Live" monumental.Côté pochette, même si elle est astucieuse, la concurrence est sévère :- Sgt Peppers - Beatles- Sticky Fingers - Stones - London Calling - Clash- Never Mind The Bollock - Sex Pistolspour les 4 premières pochettes mytiques qui me viennent à l'esprit.

Fab de l'An Mil 01/10/2007 18:49

Oui c'est sûr, il y a plein de pochettes très réussies dans l'histoire du rock...Il n'empêche qu'ici, j'apprécie très particulièrement le surréalisme d'un effet visuel à la manière du Carte Blanche de Magritte, déjà détourné par Styx (merci Chtif, voir ici)

Guic' the old 01/10/2007 13:48

Pas grand chose à dire sur cet article (je ne connais que peu Pierre Gabriel) sinon... ravi de te revoir ici!!

Fab de l'An Mil 01/10/2007 18:41

Ben c'est super sympa de venir faire un petit coucou   :-))

SysTooL 01/10/2007 11:53

Très belle pochette, c'est vrai... pour ce qui est du contenu, je ne connais pas cet album de PG et d'ailleurs, je ne connais pas grand chose du bonhomme...SysTooL

Fab de l'An Mil 01/10/2007 12:14

Salut SysT!!Moi non plus, en fait, à part les gros tubes Sledgehammer et compagnie, je ne connais pas grand chose de PG. Je découvre, là, tranquillement, comme ça.